Expression directe

L’actionnariat salarié dans les entreprises non cotées, une réalité !

Eres a publié une étude sur l’actionnariat salarié dans les PME non cotées, en partenariat avec OpinionWay, portant sur un panel représentatif de 418 entreprises :

L’étude interroge les entreprises sur la nature des motivations qui les conduisent à mettre en place une politique d’actionnariat salarié. La première raison est naturellement la volonté de favoriser la motivation (85%), l’implication (85%) et la fidélisation (79%) des salariés. Deuxièmement, l’ambition de partager le profit créé par l’entreprise est citée par 67% des sondées. En troisième raison est cité le souhait pour l’entreprise d’améliorer le package des rémunérations (64%). Enfin, d’autres motivations semblent moins dominantes : permettre aux salariés de pérenniser et reprendre l’entreprise (48%), augmenter le profit de l’entreprise (42%), renforcer l’attractivité de l’entreprise (36%) ;

Les entreprises ayant déjà réalisé des opérations d’actionnariat salarié sont majoritairement convaincues de l’intérêt de la démarche, notamment 56% d’entre elles qui envisagent d’amplifier leur dispositif d’actionnariat salarié ;

A contrario, les PME expriment un certain nombre de freins au déploiement d’une démarche d’actionnariat salarié. Deux freins dominent les réponses : enjeux de confidentialité (44%), transmission d’entreprise (41%) ;

Eres constate que 4% des PME qui n’ont pas encore de dispositif d’actionnariat salarié envisagent d’en mettre un en place dans les 3 années qui viennent, ce qui ferait passer le taux de PME possédant des dispositifs d’actionnariat salarié à 15% en 2025.

Source : Cet article est issu de la veille hebdomadaire effectuée par la FAS, partagée avec les adhérents de l’AASGO. La FAS est membre de l’Observatoire des Actionnaires d’Avenir (OAA) et participe à son Comité d’orientation.