foto4

Assemblée Générale de l’AFTAS du 24 octobre 2013

L’assemblée générale ordinaire et extraordinaire de l’AFTAS s’est tenue dans les locaux d’Orange, 78 rue Olivier de Serres, Paris (15ème arrondissement)  le jeudi 24 octobre 2013, de 14h30 à18h, sous la présidence de Thierry FEURGARD, Président de l’association, assisté de Saïda MERINI, Secrétaire générale. 90 adhérents étaient présents ou représentés.

1) Présentation du rapport moral par Thierry FEURGARD, Président de l’AFTAS

Sur les principaux enjeux de l’actionnariat salarié chez Orange, l’AFTAS a rencontré le Président, le Diracteur Général Délégué, le Directeur des Ressources Humaines et le Secrétaire Général sur les sujets suivants :

  • Augmentation de la part des salariés dans le capital de FT : les arguments de l’AFTAS pour l’organisation d’une offre réservée aux salariés sont favorablement accueillis
  • Défense des intérêts des actionnaires salariés, en particulier le maintien d’une juste rémunération de leur épargne : demande notamment d’un dividende majoré pour les actionnaires fidèles
  • Démocratie actionnariale : action en cours vis-à-vis de l’AMF pour qu’elle statue sur la conventionnalité du règlement du fonds Orange Actions; le chemin risque d’être long et difficile mais l’Aftas reste plus déterminée que jamais

Par ailleurs, le travail du bureau et du conseil d’administration en 2013 a permis d’obtenir les résultats suivants :

  • Croissance du nombre des adhérents, par :

> des actions de marketing direct

> le renforcement des liens avec les associations de salariés et de retraités

  • Communication externe

> interventions systèmatiques à l’occasion des publications de résultats ou des événements majeurs de l’entreprise

> 7 communiqués de presse

> une centaine d’articles dans la presse économique et financière

> travail de fond sur la e-reputation de l’Aftas dans les réseaux sociaux

  • Recherche du nouveau nom de l’association
  • Participation active au travail de la FAS
  • Mise à jour du site internet et du kit de communication (flyer, kakemonos)

Le rapport moral a ensuite été approuvé à l’unanimité.

2)Présentation du rapport financier pour l’exercice 2012 par Raymonde COMETTI, Trésorière de l’AFTAS

Le compte de résultat de l’association fait apparaître 39636,14€ de produits et 30489,84€ de charges, soit un excédent d’exploitation de 9146,30€.
Le bilan se solde par un actif financier net de 67026,03€.

3) Rapport de Jacques PACHIAUDI, vérificateur aux comptes

Le vérificateur aux comptes n’a formulé aucune observation sur les comptes de l’exercice clos. L’assemblée générale a approuvé à l’unanimité le rapport financier relatif aux comptes de l’association pour l’exercice 2012 et donné quitus de sa gestion à la trésorière pour l’exercice écoulé.

4) Cotisation des membres de l’association

Il est proposé par le conseil d’administration de laisser inchangé le montant de la cotisation, à 15€ pour l’année 2014, ou à 40€ pour trois ans (2014,2015, 2016).

La proposition est adoptée à l’unanimité par l’assemblée générale.

5) Modification des statuts de l’association

L’assemblée délibère en la forme extraordinaire. Deux modifications sont proposées par le conseil d’administration et présentées par Philippe BERNHEIM, Vice-président :

- l’une pour changer le nom de l’association, consécutivement au changement de nom de France Télécom, devenu Orange depuis le 1er juillet 2013 (nom sous lequel l’action est également cotée depuis la même date) ;

- l’autre pour autoriser le changement d’adresse du siège social de l’association, de façon à le faire à nouveau coïncider avec l’adresse du siège social d’Orange, étant fait observer que le 78 rue Olivier de Serres est également le lieu où est effectivement reçu le courrier de l’association avant son acheminement vers le local de l’association.

5 a) Changement du nom de l’association

L’assemblée générale a adopté à l’unanimité la résolution suivante :

A l’article 1 des statuts, la phrase « La nouvelle Association, régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, a pour dénomination « ASSOCIATION FRANCE TELECOM ACTIONNARIAT SALARIE » et pour sigle « AFTAS » » est remplacée par la phrase suivante :

L’Association, régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, a pour dénomination « ASSOCIATION ACTIONNARIAT SALARIE DU GROUPE ORANGE » et pour sigle « AASGO ».

Aux articles 2, 5, 6 et 7 des statuts, les mots « France Télécom » et « Groupe France Télécom » sont remplacés par les mots « Orange » et« Groupe Orange ».

5 b) Changement du siège social de l’association

L’assemblée générale a adopté à l’unanimité la résolution suivante :

L’article 3, relatif au siège social, est modifié ainsi qu’il suit :

Le siège social de l’association est fixé : 78 rue Olivier de Serres, 75015 Paris.

6) Situation et perspectives de l’épargne salariale en France, par Jean-Marc FOURNIE, Responsable de l’épargne Entreprises à l’AFG (Association Française de Gestion Financière)

Les transparents de la présentation peuvent être consultés sur le site internet de l’AASGO.

270000 entreprises offrent au moins un dispositif d’épargne à 10 millions de salariés et anciens salariés. Elles s’appuient sur 17 teneurs de compte.

En 2012, les versements (en baisse de 10% par rapport à 2011) se sont élevés à 11,3 milliards d’euros[1], dépassant légèrement les rachats qui se sont élevés à 10,8 milliards d’euros. Cet excédent n’est dû qu’au PERCO, dont l’excédent net s’est élevé à 1,3 milliards d’euros, tandis que les PEE subissaient des sorties nettes de 800 millions d’euros.

L’épargne d’entreprise, en dehors du PERCO en pleine montée en charge (7,7 milliards d’euros d’avoirs), subit l’effet de la crise entraînant une régression de la participation ainsi que de l’intéressement, mais aussi de la hausse des prélèvements sociaux.

L’AFG est en faveur d’un régime de taxation en cohérence avec la durée de détention et de la création de fonds d’investissement dans les PME.

7) Evolution du secteur des télécommunications par Laurent-Pierre BACULARD (Bain)

L’arrivée d’opérateurs low cost, la régulation poussant au maximum la concurrence afin d’offrir en Europe des prix sans cesse plus bas aux consommateurs, impose aux opérateurs tout à la fois:

- de transformer profondément leur modèle économique;

- d’investir pour offrir des services innovants, où ils trouvent de nouveaux concurrents, eux non régulés, notamment les OTT (Google…).

Ce sera la condition de leur survie, mais aussi du rebond pour ceux qui réussiront cette transformation (Orange a de réels atouts).

8) Intervention de Stéphane RICHARD, Président d’Orange

En l’accueillant, Thierry FEURGARD s’inquiète des perspectives de rentabilité et de cours de l’action Orange. Il demande quelle sera la destination des 17 millions d’actions qui ont été rachetées par Orange en vue de l’attribution d’actions gratuites décidée il y a deux ans, mais qui ne sera pas en définitive réalisée, les performances de l’entreprise qui la conditionnaient ne pouvant plus être réalisées fin 2013 ; l’AFTAS souhaite que ces actions soient réservées aux salariés et anciens salariés dans le cadre d’une offre réservée aussi avantageuse que possible. Il suggère l’introduction d’un dividende majoré de 10% pour les actionnaires au nominatif depuis au moins 2 ans (possibilité légale qui favorise l’actionnariat fidèle et qui est utilisée par un nombre croissant d’entreprises) et rappelle enfin la revendication d’une démocratisation de la gouvernance du FCPE Orange Actions, dont aucun membre du conseil de surveillance n’est élu par les actionnaires salariés porteurs de parts.

Stéphane RICHARD indique que les résultats du 3ème trimestre sont bons dans le contexte d’une industrie déflationniste du fait de la concurrence et de la régulation. Il y a une vraie dynamique commerciale et la part de marché résiste en France. Orange a diminué ses coûts de 900 millions d’euros, dont 80% en France.

Le Président observe que le PER d’Orange est inférieur à la moyenne du secteur en Europe. Dans la hausse récente du cours de l’action, il ne voit pas une conséquence de la spéculation (Orange n’est pas susceptible d’OPA) mais l’espoir du marché dans un regain de croissance ; ceci s’explique par une régulation en fin de cycle, un prix de la 4G qui montera en 2014 (produit premium) et par le décollage du très haut débit.

Orange fait le choix d’un niveau élevé d’investissements ; le CAPEX représente 14% du chiffre d’affaires.

Dans ce contexte, un dividende de 0,80 euro est raisonnable.

Les 17 millions d’actions actuellement en autocontrôle restent destinées aux salariés. Ce sera dans le cadre d’une offre aux salariés avec les conditions les plus attractives compatibles avec les règles fiscales et sociales (envisagée pour 2014).

2014 sera une année cruciale pour le Groupe.

Concernant la gouvernance du FCPE Orange Actions, Stéphane RICHARD admet qu’elle n’est pas suffisamment démocratique, mais souhaite qu’une évolution ne se fasse pas au détriment du climat social dans l’entreprise. Il faudra concilier les deux préoccupations.

En réponse à des questions des auditeurs, Stéphane RICHARD indique :

- que la cession de la filiale en République dominicaine, prévue dans les prochaines semaines, intervient en haut de cycle dans ce pays, avant un possible retournement ;

- que les acquisitions éventuelles seront effectuées en évitant de sortir des fonds importants et avec le souci de disposer du contrôle de la société acquise ;

- que l’Europe reste la priorité du groupe ;

- que s’agissant des OTT, il convient d’essayer de leur faire payer les investissements réalisés spécifiquement pour eux, en prenant soin de distinguer ceux qui contribuent au développement des économies numériques de ceux qui sont des parasites cherchant à faire simplement de l’intermédiation pour pomper de la valeur.

9) Résultats de l’élection au conseil d’administration

Il y a eu 123 votants. Les 23 candidats sont déclarés élus avec un nombre de voix compris entre 115 et 122.

Le Président Le Secrétaire

Thierry FEURGARD Alain CHAZOTTES


[1] Participation 3,8 milliards, intéressement 3,1 milliards, versements volontaires 2,4 milliards, abondement des entreprises 2 milliards

foto4

Assemblée Générale réussie pour l’AFTAS en présence de Stéphane Richard

Dans le cadre de son Assemblée Générale qui a eu lieu jeudi dernier, l’AFTAS – Association France Télécom des Actionnaires Salariés – a reçu et questionné le Président de France Télécom, Stéphane Richard. Thierry Feurgard, Président de l’AFTAS, s’est exprimé au nom des actionnaires salariés et anciens salariés pour présenter 3 sujets de préoccupation de l’AFTAS en cette fin 2012.

Le développement de l’Actionnariat Salarié

Dans le cadre d’un futur désengagement de l’Etat et pour résister à une éventuelle OPA hostile, il est stratégique pour le Groupe de constituer un noyau d’actionnaires stable significatif pour protéger l’entreprise. Or, il n’y a pas d’actionnaires plus stables et plus fidèles que les Actionnaires Salariés ! Aujourd’hui, chez France Telecom, le niveau est à 5% : c’est encore insuffisant !

« Pensez-vous, comme nous, qu’il est stratégique d’augmenter la part des salariés dans le capital de France Telecom et si oui, qu’envisagez-vous ? », a interrogé Thierry Feurgard.

La gouvernance du FCPE France Télécom Actions

Les décisions de ce fonds sont prises par un conseil de surveillance composé pour moitié de représentants de la direction de l’entreprise et de représentants des organisations syndicales. Aucun membre n’est élu par les porteurs de parts du fonds !

L’AFTAS estime que les membres du conseil de surveillance censés représenter les Actionnaires Salariés n’ont pas la qualité de mandataire des actionnaires salariés et encore moins des actionnaires retraités au sens de l’article 10-1 de la directive européenne du 11 juillet 2007 concernant l’exercice des droits des actionnaires des sociétés cotées.

« Envisagez-vous d’introduire une représentation basée sur l’élection des membres du conseil de surveillance par les porteurs de parts, comme c’est le cas de la majorité des grandes entreprises disposant d’un actionnariat salarié significatif ? », a demandé Thierry Feurgard.

Le rendement de l’action

L’action est très sous-évaluée. Ce niveau a cependant été compensé ces dernières années par un dividende conséquent. L’AFTAS a approuvé les mesures annoncées en février 2012, à l’occasion lors de la publication des résultats 2011 : la distribution d’un dividende correspondant à 40-45% du CFO. Elle a pu saluer une « décision équilibrée » permettant de sauvegarder à la fois l’emploi et les investissements, et de conserver une juste rémunération des actionnaires salariés (182 M€ distribués de pouvoir d’achat !)

« Mais nous entendons des rumeurs qui ont d’ailleurs dernièrement fortement affecté le titre, sur une baisse beaucoup plus conséquente du dividende », s’inquiétait Thierry Feurgard, Président de l’AFTAS.

Lors de la présentation des résultats du 3e trimestre, dans 2 jours Stéphane Richard devrait apporter une réponse sur le montant du dividende pour les prochaines années.

foto4

Assemblée générale de l’Aftas 2011

Elle se tiendra le 20 octobre 6 Place d’AllerayComme chaque année au mois d’octobre, l’Aftas tiendra son Assemblée Générale, 6 place d’Alleray 75015 Paris de 13 h à 18 h

Ordre du jour de l’Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire de l’AFTAS

13h00 : Ouverture du bureau de vote pour le renouvellement du conseil d’administration. Le bureau de vote fermera à 15h.

14h30 : Début de l’assemblée générale

14h30 : Rapport moral du Président – vote

14h40 : Rapport financier de l’exercice

14h45 : Rapport du vérificateur aux comptes – vote

14h50 : Vote de la cotisation et vote de modification de statut pour permettre l’adhésion de salariés de Joint Venture (1)

14h55 : Questions/réponses

15h00 : Analyse et perpectives sur les résultats de France Telecom – Bernard Castagnier

16h00 : Contexte économique et perspective – Laurence Boone Chief Economist Merrill Lynch (intervenant pressenti)

17h00 : Intervention de Stéphane Richard

18h00 : Publication des résultats de l’élection du conseil d’administration et pot de l’amitié

(1) : Modification à l’article 5 du 2ème alinéa les statuts de l’AFTAS afin de permettre l’adhésion de salariés de France Telecom rejoignant des JV comme celle avec Deutsche Telekom. Cette proposition de modification figure dans les documents transmis.

Connaitre la liste des candidats au CA et leur profession de foi

http://www.aftas-ft.com/files/liste%20des%20candidats%20et%20profession%20de%20foi%20v1.doc

Compte-rendu de l’AG 2011

Résumé et commentaire de l’Assemblée générale de FT qui s’est tenue le 7 juin

Cette AG a eu lieu au Palais des Congrès à Paris le 7 juin 2011. le quorum définitif a été de 61,71%. Les salariés et anciens salariés détenant sur le plan d’épargne groupe ou, et au nominatif environ 4,6% des actions du groupe FT, représentaient donc , si tous se sont exprimés, 7,45% des votes pour chacune des résolutions présentées. Ces résolutions étaient au nombre de 23. 9 ont été présentées à titre ordinaire et 14 à titre extraordinaire.

Toutes ces résolutions ont été adoptées à une large majorité comme indiqué ci-après:

A titre ordinaire:

Approbation des comptes sociaux et consolidés résolutions 1 et 2 adoptées respectivement à 99,93% et 99,9%.

Affectation du résultat et versement d’un dividende de 1,4€ par action, résolution 3 adoptée à 92,83%.

Approbation des conventions dites « règlementées » , résolution 4 adoptée à 99,26%.

Renouvellement d’un administrateur M.DUFAU et nominations d’administrateurs Mme KRISTOFFERSEN, Mme PENICAUD, M.SEVERINO , résolutions 5, 6, 7 et 8 adoptées respectivement à 99,14%,98,79%,98,67%,98,74%.

Rachat par l’entreprise de ses propres actions dans la limite de 10% du capital et à un coût maximum de 40€ par action, résolution 9 adoptée à 98,59%.

A titre extraordinaire:

Emettre des actions par la société avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires , résolution 10 adoptée à 94,82%.

Emettre des actions en vue d’une offre au public et ou dans la cadre de placements privés sans maintien du droit préférentiel des actionnaires, résolutions 11 et 12 adoptées à 84,72% et 84,80%.

Augmenter , en vertu des résolutions 10 à 12 , dans les 30 jours de la clôture de toute émission, le nombre de titres à émettre dans la limite de 15% de l’émission initiale, résolution 13 adoptée à 87,53%.

Autorisation du Conseil pour émettre des actions dans le cadre d’offre publique d’échange, résolution 14 adoptée à 89,07%.

Autorisation du Conseil pour émettre des actions pour rémunérer des apports en nature consentis à France Telecom, résolution 15 adoptée à 92,4%.

Pouvoir au Conseil, pour une durée de 18 mois, d’émettre des actions pour liquider les contrats d’option de la société Orange SA, résolutions 16 et 17 adoptées à 99,47% et 98,04%.

Limiter à 3,5 milliards d’euros les augmentations de capital autorisées dans le cadre des 8 résolutions précédentes, résolution 18 adoptée à 94,73%.

Délégation de compétence au Conseil pour émettre toutes valeurs mobilières donnant droit à titres de créance, dans la limite de 7 milliards d’euros, résolution 19 adoptée à 99,7%.

Délégation de compétence au Conseil pour augmenter le capital social par incorporation de réserves, résolution 20 adoptée à 99,8%.

Délégation au Conseil pour procéder à des augmentations de capital réservées aux adhérents du plan d’épargne du groupe, résolution 21 adoptée à 94,12%.

Autorisation au Conseil à réduire le capital dans la limite de 10%,par annulation de tout ou partie d’actions acquises par la société, résolution 22 adoptée à 99,8%.

Pouvoirs pour formalités, résolution 23 adoptée à 99,95%.

Le vote des résolutions a bien sûr été précédé d’interventions de membres du comité de direction, et de réponses aux questions écrites et orales.

Intervention de Stéphane Richard

Le PDG , Stéphane RICHARD, est intervenu assez longuement pour donner sa vision du secteur des télécommunications marqué par la concurrence, la régulation et l’émergence de nouveaux acteurs mondiaux non régulés. Il a indiqué que les opérateurs historiques n’avaient pas trouvé leur place dans ce nouvel environnement et apparaissaient en retrait. Il a insisté sur le fait que sans réseaux rien ne serait possible et que l’explosion des usages était une chance pour les opérateurs.

Il a exposé donc ses quatre convictions:

* Les réseaux sont au cœur de l’écosystème numérique,

* Nous assistons à l’explosion des usages qui conduit à une meilleure valorisation des réseaux par l’adaptation de la tarification

* Les opérateurs ont une contribution essentielle dans le « Cloud computing » avec le développement de « fermes de serveurs » permettant d’aller vers la « ville intelligente » et le développement de services nombreux et variés depuis le relevage des compteurs à distance jusqu’à la gestion de la « dépendance » en passant par le paiement sans contact.

* Le futur sera fait de coopérations entre les acteurs de la chaîne de valeur, voire d’associations capitalistiques. Ainsi sont nés des partenariats ou des prises de participation dans les sites de contenus comme Deezer, Dailymotion,

Il a ensuite présenté son plan à 5 ans « Conquête 2015″ qui reposera sur 4 piliers:

1) Les salariés ( première force du groupe) avec la création d’emplois résolument tournés vers l’avenir et un dialogue social décentralisé et modernisé, orienté vers la confiance car il faut concilier performance économique et performance sociale. « les 169000 salariés du groupe sont au coeur de notre ambition« 

2) Les clients. L’objectif est d’avoir 300 millions de clients en 2015, ce qui impose de s’appuyer sur les 60000 salariés en contact direct avec eux, d’avoir une meilleure réactivité liée à un pragmatisme impératif. « Il faut réagir avec énergie pour conserver nos clients surtout avec l’accentuation de la concurrence en France. Transparence et qualité mais aussi innovations sont les impératifs pour nos clients« .

3) Les réseaux. « il faut être les champions du très haut débit » mais il faut améliorer notre qualité de service qui passe par un effort d’investissement conséquent,

4) Le développement à l’international avec un doublement de notre chiffre d’affaires sur l’Afrique et le Moyen Orient sur la période.

Il a indiqué que pour 2011 les évènements en Afrique, et leurs conséquences notamment économiques auraient des répercussions mais d’ores et déjà la situation tend à se normaliser aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Egypte et en Tunisie.

Enfin il a indiqué que le groupe examine l’ensemble de ses participations, minoritaires notamment, et qu’il n’avait pas vocation à rester au capital d’entreprises dont il n’a pas le pilotage opérationnel.

Intervention de Gervais Pélissier:

Le Directeur financier du groupe a présenté les résultats 2010 et rappelé les résultats du 1er trimestre 2011 avec une marge en net recul toutefois.

Il n’a pas manifesté d’inquiétude particulière quant à l’atteinte des objectifs 2011 avec un free cash flow au moins égal à 8 milliards d’euros et une dette maîtrisée « qui fait du groupe un des plus sûrs acteurs des télécommunications au plan mondial« .

(La présentation des résultats s’appuie sur des slides qui peuvent être facilement consultés sur le site de orange.com.)

Il est revenu en détail sur le plan stratégique « Conquête 2015″ avec ses deux phases 2011/2013 puis 2014/2015 tel qu’il avait été présenté aux investisseurs le 31 mai dernier.

Il a confirmé le versement d’un dividende de 1,4€ pour les exercices 2011 et 2012, et indiqué également qu’il pourrait y avoir des rachats d’actions si le groupe vendait des actifs.

Intervention de Delphine Ernotte:

La directrice du marché français a fait part de sa vision sur ce marché qui a anticipé l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile Free. Elle a indiqué que le marché était très actif, l’arrivée de Free mais aussi l’affaire de la TVA avaient changé la réaction des clients.

FTSA a pu redresser la conquête de clients ADSL au cours du second semestre 2010 après l’autorisation de l’ARCEP de proposer des offres  » quadruple play ». FTSA a simplifié les offres mobiles, noué un partenariat avec Deezer très prometteur (aujourd’hui près d’un million de clients);

Elle a précisé que « notre position de N°1 du mobile était déterminante » que « notre accord avec Free est la reconnaissance de la qualité de notre réseau » et il « permettra un meilleurs amortissement de ce réseau« 

Pour rester leader en France, les atouts de l’entreprise sont sa base de clients, sa proximité avec les clients, sa différenciation des offres et des contenus. Mais il faut rester leader sur les réseaux mobiles, investir dans la fibre, et augmenter la qualité de service.

Intervention de Pierre Louette:

Le secrétaire général du groupe a relaté l’action du Conseil d’administration qui s’est réuni 11 fois en 2010, et de ses divers comités. Il a eu à se prononcer notamment sur le règlement du dossier Mobinil en Egypte et de la prise de participation dans l’opérateur marocain Medi telecom.

Il a ensuite procédé à la lecture des questions écrites et des réponses apportées par le Conseil. Parmi ces questions certaines ont permis de faire le point sur les salaires versés en France notamment, ou le salaire moyen est de 40000 euros, la rémunération périphérique (participation intéressement abondements divers) représente en outre plus d’un mois de salaire. Par ailleurs, le litige en cours en Pologne entre TPSA et son fournisseur danois qui a conduit à provisionner 540 millions d’euros.

Questions orales

Pendant près de trois quart d’heure des questions orales ont pu être posées . Parmi ces questions on retiendra :

-celle sur le dividende et le partage de la valeur ajoutée qui a permis à S Richard d’indiquer que le groupe n’était pas le plus généreux des opérateurs vis à vis des actionnaires mais se situait dans la moyenne avec une distribution de 45 à 50% du free cash flow. Ce versement ne pénalise en rien le groupe dans sa capacité d’investissement. Quant à la valeur ajoutée de 26 milliards environ en 2010 elle profite notamment à 40% aux salariés du groupe, à 23% aux investissements, et à 13,5% aux actionnaires. En complément il a été indiqué que le paiement du dividende en actions n’était pas proposé car tout indique qu’il rencontrerait peu de succès.

-celle sur les coûts et résultats de la recherche et l’innovation; Le budget affecté représente 2% du CA soit environ 800 millions d’euros et occupe 3000 salariés en France sur un total de 6000. Elle permet des avantages significatifs sur la montée en débits des réseaux, leur sécurité, la sécurité des bases de données et la création de services par exemple dans les systèmes de paiement , le « cloud computing » les services « machines to machines » etc.

- celle sur la marque Orange; 30 pays actuellement ne connaissent que la marque « ORANGE » et l’extension à vocation à se poursuivre. En terme de notoriété, Orange est la 36 éme marque mondiale, la 2éme marque française et la 6ème du secteur mondial des Télécommunications. Le remplacement de la marque France Telecom par Orange pourrait être proposé à la prochaine Assemblée Générale.

-celle sur l’évolution du cours de l’action avec le regret de ne pas en avoir entendu parler jusque là avec présentation d’un graphe comparatif; S.Richard comprend la déception des actionnaires et explique la baisse du cours par la désaffection du secteur règlementé par les marchés, quant à la baisse plus spécifique de l’action FT il l’attribue à l’arrivée prochaine d’un quatrième opérateur mobile en France qui s’accompagnera (« cela a déjà commencé ») d’une guerre des prix. Il parle de bulle pour les fournisseurs de contenus et autres terminaux, peut être comparable à celle que les opérateurs ont connu en 2000.

-celle sur l’attribution d’actions gratuites; un plan est en préparation pour un montant d’environ 250 millions d’euros, les actions attribuées seront achetées sur le marché.

-celle concernant la rémunération périphérique de Stéphane Richard. Ce dernier a catégoriquement indiqué qu’il ne voudrait ni actions gratuites, ni stocks options, ni parachute doré, ni retraite spécifique…et il a été applaudi par la salle!

 

 

Assemblée générale 2008 de l’AFTAS

L’ Assemblée Générale 2008 de l’AFTAS a eu lieu le 10 octobre dernier avec la participation de Didier Lombard, PDG de France Télécom,

accompagné de Gervais Pellissier (Directeur financier), Olivier Barberot (DRH Groupe), Caroline Mille (Directrice de la communication) et Thierry Feurgard (Directeur des relations avec les actionnaires).

Michèle Monavon, Présidente de la FAS, était également présente.

Vous trouverez dans l’espace adhérents(donc après identification) tout ce qui concerne cette AG  sous la rubrique « Documents »(ensemble des interventions, questions/réponses), .