30184024592_116c937161_z

Edito de Marc Maouche, président de l’AASGO

Orange vient d’annoncer des résultats très encourageants au 3ème trimestre 2016.

Le retour à la croissance se confirme malgré l’impact de la baisse tarifaire de l’itinérance en France et en Europe : le chiffre d’affaires de 10,3 milliards d’euros traduit une progression de 0,8% par rapport à la même période de 2015, ceci venant après une croissance de 0,3% au 1er semestre de 2016. La progression en Espagne atteint 7,8% et tous nos principaux pays ont connu également la croissance, à l’exception de la France (-0,6%).

Cette croissance est rentable, puisque l’EBITDA retraité est lui aussi en progression de 1,6% à 3,6 milliards d’euros au 3ème trimestre, la marge opérationnelle étant stable à 31,3% ; ce qui permet d’autofinancer nos investissements stratégiques, notamment dans la fibre et dans le très haut débit mobile. A 4,7 milliards d’euros depuis le début 2016 (+ 5,3% à base comparable par rapport aux 9 premiers mois de 2015), ils sont en ligne avec le plan stratégique Essentiels 2020.

Logiquement, Orange a confirmé la perspective d’un dividende maintenu à 0,60 euro par action pour l’exercice 2016 et un acompte de 0,20 euro par action sera versé le 7 décembre 2016.

Non moins logiquement, la bourse de Paris a salué ces performances, le cours de l’action ayant progressé de plus de 4% dans la foulée de l’annonce des résultats trimestriels.

L’AASGO se félicite de ces résultats dus à tout le personnel en France et hors de France. Au moment où le redressement des perspectives se confirme, elle ne manquera pas de rappeler qu’il est essentiel que le personnel actionnaire monte au capital pour profiter pleinement de l’amélioration des résultats à travers le cours de l’action et espérons-le, à moyen terme, la hausse du dividende.

Les augmentations annuelles de capital réservées aux salariés sont donc particulièrement judicieuses, avec la perspective d’une cible à moyen terme de 10% du capital détenu par les actionnaires salariés et anciens salariés, comme Stéphane Richard l’a encore rappelé lors de la célébration des 20 ans de l’AASGO le 11 octobre dernier.