aasgo
Aasgo

Monsieur le Président de la République … Pourquoi l’AASGO a écrit à la Présidence de la République

Le 21 juin dernier, l’AASGO a écrit officiellement au Président de la République pour indiquer son soutien à Stéphane Richard…

Monsieur le Président de la République,

Les salariés sont après l’Etat et la BPI le principal actionnaire de la société ORANGE. Ils y ont leur emploi et y ont investi une part souvent importante de leur patrimoine.

La société ORANGE est confrontée en France, mais aussi dans de nombreux pays où elle exerce ses activités, à une concurrence redoutable émanant tout à la fois d’acteurs anciens ou récents du secteur des télécommunications, et de puissants acteurs nés avec la société numérique aux Etats-Unis, auxquels s’ajouteront plus ou moins rapidement leurs homologues chinois. Sa survie dépend de sa capacité à innover, à diversifier ses services à la clientèle et  principalement à investir pour réaliser les réseaux compétitifs de demain, pour l’internet à hauts débits et la téléphonie mobile 5 G.

Comme vous le savez, l’entreprise a été déstabilisée lors de la précédente décennie du fait d’un endettement excessif et de relations sociales désastreuses, qu’un procès en cours rappelle douloureusement.

Le redressement opéré a été obtenu par l’action de Stéphane RICHARD qui, à la tête de l’entreprise, a su rétablir la cohésion sociale, redresser la compétitivité et donner aux salariés confiance dans l’avenir de l’entreprise.

Stéphane RICHARD est actuellement jugé dans le cadre d’une affaire liée à son poste précédent.

Il ne nous appartient pas de nous immiscer dans l’action de la justice et nous ne préjugeons pas du verdict qui sera très prochainement rendu en première instance. En revanche, en tant qu’actionnaires, nous avons le souci qu’en aucun cas un jugement non définitif vienne déstabiliser l’entreprise dans le contexte difficile où elle évolue actuellement, pour des motifs étrangers à son activité, et au préjudice de ses actionnaires dont l’Etat lui-même.

Nous souhaitons donc qu’en toute hypothèse –acquittement ou tout autre verdict non définitif, l’Etat, premier actionnaire d’Orange, ait la préoccupation de l’intérêt de l’entreprise et conserve sa confiance dans le principal dirigeant de celle-ci, dont le mandat a d’ailleurs été renouvelé avec son soutien il y a tout juste un an.

En vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous prions d’agréer, Monsieur la Président de la République, l’assurance de notre très haute considération.

Pour l’AASGO

Marc MAOUCHE, Président

*L’AASGO (Association Actionnariat Salarié Groupe Orange) a été créée en 1996 en vue de promouvoir l’actionnariat salarié dans le Groupe France Télécom (devenu Orange) et de défendre les intérêts des actionnaires salariés dans la société. Elle obtenu la majorité absolue des voix lors de la dernière élection des membres du conseil de surveillance du FCPE Orange Actions et l’administrateur représentant les actionnaires salariés au conseil d’administration d’Orange est issu de ses rangs. L’AASGO est membre de la FAS (Fédération Française des Actionnaires salariés et Anciens salariés).

AASGO, 78 rue Olivier de Serres, 75015 PARIS

loi pacte 7 recommandations

LOI PACTE : Les 7 propositions de l’AASGO adressées à Stéphane Richard

La Loi PACTE, votée définitivement le 22 mai, renforce les dispositifs de participation et d’épargne salariale au sein des entreprises. Chez Orange, elle entraîne automatiquement et à brève échéance plusieurs conséquences pour la gouvernance du FCPE Orange Actions. Conforme à son rôle de défense des intérêts des actionnaires salariés et anciens salariés, l’AASGO s’en est ouverte […]

logofas

L’actionnariat salarié et l’épargne salariale dans la loi PACTE : les avancées obtenues par la FAS

Les propositions de la FAS dans le cadre du projet de loi PACTE Rappelons que l’AASGO est adhérente de la FAS – fédération française des associations d’actionnaires salariés –  et contribue à ses travaux dans le cadre de ses commissions et enquêtes…. Sachant que la loi PACTE ne contiendrait pas de mesures relatives à la […]