Tous nos communiqués de presse et ce qu’en disent les médias ….

Le Press Book de l’AASGO
Contacts Presse
Agence C3M
Philippe Lecigne
contact@agence-C3M.com
01 47 34 01 15

Aasgo

Communiqué de presse : 4 mai 2018 : L’AASGO, l’association d’Actionnariat Salarié du groupe Orange, satisfaite des décisions de l’Assemblée générale des actionnaires

  • L’Assemblée générale du 4 mai a renouvelé le mandat d’administrateur de Stéphane Richard, la condition pour un 3e mandat à la tête d’Orange. L’AASGO avait soutenu sa candidature.
  • Luc MARINO, adhérent de longue date de l’AASGO, intègre le Conseil d’Administration d’Orange.

Qu’en est-il du partage des résultats ?

Au titre de 2017, l’Assemblée générale d’Orange s’est arrêtée sur la valeur du coupon à 0,65 euro telle qu’elle a été proposée par le Conseil d’Administration. Un acompte de 0,25 euro a déjà été versé en décembre. Cela représente un versement de 1,73 milliard d’euros compte tenu du nombre de titres en circulation.

L’AASGO privilégie la rémunération des actionnaires par le dividende à la spéculation sur la valeur du titre. Pour autant, cette rémunération doit rester un juste équilibre entre salaires, investissements et qualité de services aux clients. La proposition d’une augmentation de 5 centimes revient environ à 133 millions d’euros pour les actionnaires, parmi lesquels les 100 000 actionnaires salariés.

« L’AASGO est satisfaite du partage de la valeur ajoutée dans le groupe qui récompense les efforts des salariés : 40% va à la masse salariale (l’augmentation des salaires en 2018 sera de 2,5% ; elle représente au sein du Groupe 125 M d’euros), 30% à l’investissement, 23% aux impôts en France et dans les pays où le groupe opère, et 7% à la rémunération des actionnaires, via les dividendes », ponctue Marc MAOUCHE, Président de l’AASGO.

Quels projets pour l’actionnariat salarié ?

Les actionnaires salariés détiennent plus de 5% du capital du groupe.

« Nous regardons vers les 10% du capital et attendons de la part de Stéphane Richard et du Conseil d’administration l’annonce de prochaines opérations de distribution/vente d’actions à des conditions avantageuses pour les salariés et anciens salariés. Il y a une véritable attente chez de nombreux salariés », conclut Marc MAOUCHE, Président de l’AASGO.

La présence de Luc MARINO, adhérent de longue date de l’AASGO, au Conseil d’Administration d’Orange, nous permettra d’appuyer cette demande. Il représente de façon légitime et bien informée les intérêts et demandes des actionnaires salariés, puisqu’il est élu AASGO au conseil de surveillance du FCPE Orange Actions.

 

foto1

SEMAINE DE L’EPARGNE SALARIALE – 27 au 31 mars 2017

logofasAasgo

Aider les salariés à mieux comprendre et à gérer leur épargne salariale, c’est le but de la Semaine de l’épargne salariale [1] du 27 au 31 mars 2017.

 

Un site d’informations dédié : www.epargnesalariale-france.fr

 

En faisant le choix « vous êtes salarié », vous accéderez à des informations pédagogiques et pratiques regroupées dans trois rubriques :

–         Comprendre l’épargne salariale

–         Investir et gérer votre épargne salariale

–         Suive et utiliser votre épargne salariale.

Le contenu de ces rubriques a été réalisé avec le concours de spécialistes de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié.

 

 

[1] Organisée à l’initiative du Ministère du travail, de la Direction générale du trésor, de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), de l’Association Française de Gestion Financière (AFG), en partenariat avec les organismes concernés, dont la Fédération Française des Associations d’Actionnaires salariés et Anciens Salariés (FAS)

logo le Monde

Le Monde, 19 février 2017

Exclusif ! Marc Maouche, président de l’AASGO, dans le Monde

L’actionnariat salarié d’Orange en ébullition

La bataille pour la gestion du fonds commun de placement Cap’Orange est engagée

Chez Orange, entre actionnaires salariés, l’heure est à l’affrontement. En jeu, la gouvernance de leur fonds commun de placement d’entreprise (FCPE) Cap’Orange, qui détient 5 % du capital de l’opérateur télécoms et 8 % des droits de vote théoriques.

« Au regard du nombre d’absents lors des assemblées générales, nous pesons entre 11% et 12% des droits de vote », explique Marc Maouche, l’actuel président de Cap’Orange.

Autrement dit, même s’il est loin derrière, le FCPE est donc un actionnaire non négligeable, derrière l’Etat, qui détient, si l’on additionne l’Agence des participations de l’Etat (APE) et Bpifrance, 23% du capital de l’opérateur et 29%desdroits de vote, lors du dernier décompte officiel. Qui pèsera dans ce fonds ? C’est la question qui agite en ce moment les actionnaires salariés. En tant qu’actionnaire, le FCPE peut déposer des résolutions dans les assemblées générales, faire basculer le vote lors de certaines opérations structurantes, qui nécessitent la majorité des deux tiers. Il aurait, par exemple, son mot à dire, si Orange souhaitait, par le biais d’un échange de titres, racheter Bouygues Telecom, Canal+ ou entrer chez Telecom Italia.

Or la gouvernance de Cap’Orange connaît un tournant majeur. Longtemps, sa représentation était paritaire, partagée entre syndicats et direction.

«Ce n’était pas représentatif. Il n’y avait pasles anciens salariés,par exemple. Et cela pouvait créer des conflits d’intérêts. Or,il peut y avoir un point de vue différent de celui de la direction ou de celui des syndicats», fait valoir Marc Maouche, également président de l’Association actionnariat salarié du groupe Orange (AASGO).

(…) Lire la suite de l’article sur le site du Monde ou dans sa version intégrale : Le Monde 17022017