actu

Notre Revue de presse, Mars 2014

Revue de presse – Mars 2014

Par Bernard MALTESTE

  

1-Réseaux, sécurité des données

14&15/3 Les Echos

 

Pour une gouvernance démocratique de l’internet. La Commission européenne recommande de transformer l’Icann (pilotage de l’infrastructure de l’internet ) en organisation internationale indépendante. Indépendance vis-à-vis des Etats-Unis comme… des Etats-nations. Pour des débats fructueux il faut aussi faire progresser la « culture générale numérique » de nos dirigeants.

 

 

 

21/3 Le Monde

 

Espionnage : comment Orange et les services secrets coopèrent. Selon un document Snowden, la DGSE puise massivement dans les données de l’opérateur historique français. Les X-Télécoms, maîtres d’œuvre du renseignement…. à la direction technique de la DGSE. Orange, présent dans 170 pays, est essentiel aux intérêts français. SFR, Free et Bouygues ne sont pas bavards et disent respecter strictement la loi.

 

 

 

2-Très haut débit, 4G, High-tech: innovations, nouveaux usages

 

 

6/3 Les Echos

 

Discours du Premier Ministre chinois « Nous ferons tout notre possible pour rattraper et dépmasser le niveau mondial en ce qui concerne les télécommunications de nouvelle génération.. ».

 

 

 

17/3 Les Echos

 

Ludovic Guilcher, DRH adjoint d’Orange, défend le projet de Digital Academy de l’opérateur autour de videos et de quizz présentant enjeux, nouveaux produits et réseaux sociaux.

 

25/3 Les Echos

 

Numérique français : les défis de 2020. En France l’économie numérique (logiciels, SSII, télécoms) représente environ 5% du PIB, soit un peu plus de 100 milliards d’€ et 800000 emplois. On pourrait penser à un bel avenir pour les entreprises du secteur, c’est loin d’être le cas tempère un Livre blanc « 2020 : où vont les entreprises françaises du numérique ? » site www.g9plus.org/. ……. La France occupe dans le secteur entre le 15° et le 30° rang et compte peu d’entreprises d’envergure internationale….Les opérateurs télécoms courent le risque d’être de simples fournisseurs de tuyaux.

 

 

 

3-Concurrence, régulation, fiscalité

6/3 Les Echos

 

Google maître absolu des smartphones « low cost ». Au Mobile World Congress de Barcelone les smartphones bon marché ont pour la première fois éclipsé les terminaux les plus chers. Adopté par les fabricants chinois, Android règne sans partage sur ces terminaux destinés aux pays émergents.

 

 

 

10/3 Les Echos

 

Pour Bruno Lasserre « il n’y a pas de chiffre magique pour le nombre d’opérateurs et la perspective d’un rachat du réseau de Bouygues par Free peut faciliter la validation de l’offre Bouygues sur SFR »

 

 

 

19/3 Les Echos

 

Les premières pistes de la loi numérique de Fleur Pellerin… Le projet de loi pourrait être déposé en septembre au Parlement. Les grands thèmes sont : lutte contre la cybercriminalité, filtrage, données personnelles, informatique et libertés, révision du régime des hébergeurs, encadrement des géants de l’Internet mais aussi…. renforcement du rôle de l’Etat dans l’attribution des fréquences notamment au détriment du gendarme des télécoms.

 

Point de vue d’un spécialiste de la concurrence : SFR/Numericable : en finir avec le patriotisme économique. .Le gouvernement présente comme un scandale l’expatriation de Patrick Drahi. Ce qui importe n’est pas sa localisation, mais sa contribution à l’activité économique.

 

 

 

30&31/3 Le Monde

 

Le gendarme des marchés rappelle à l’ordre les acteurs impliqués dans le rachat de SFR. L’AMF regrette que Numéricable et Bouygues n’aient pas suffisamment « informé le marché des caractéristiques des offres ».

 

 

 

4-Consolidation du secteur des télécommunications

 

 

5/3 Les Echos

 

Dans son éditorial David Barroux : « Mobile: à qui profite le crime ? » indique que le feu vert à la consolidation est tout sauf évident ! Et qu’il est trop tôt pour dire à qui profitera le « crime » de la consolidation.

 

 

 

7/3 Le Monde

 

Rachat de SFR : Bouygues et Numéricable donnent des gages au gouvernement sur l’emploi et les investissements dans la fibre

 

 

 

10/3 Les Echos

 

Free serait l’autre grand gagnant de l’opération. Avec ses huit millions d’abonnés Free n’aurait plus qu’à remplir un réseau capable d’en servir 20 à 25 millions pour accroître ses profits. Autre avantage pour Free, si jamais Bouygues l’emporte : Bouygues et SFR mettront du temps à fusionner et s’organiser ( sans licenciement !).

 

 

 

12/3 Le Monde

 

Orange sera-t-il le dindon de la farce ? rendez vous de renégociation du contrat d’itinérance en janvier 2015, structure de coût plus lourde, effectifs plus nombreux chez Orange en France (95000 Etp) contre 10000 chez SFR et idem chez Bouygues Telecom, 7000 chez Free, Cet handicap était supportable pour l’ex monopole, dont l’Etat détient encore 26% du capital, tant qu’il dominait le marché hexagonal et pouvait maintenir des prix supérieurs aux autres. Ce qui ne sera plus le cas.

 

 

 

16&17/3 Le Monde

 

SFR : Numéricable l’emporte face à Bouygues et à l’Etat. L’offre de P. Drahi proposait plus de « cash » que celle de Bouygues Telecom, défendue par l’Etat. Bouygues Telecom, fragilisé depuis l’arrivée de Free sur le marché du mobile, est le grand perdant de l’affaire. Le choix de Vivendi pourrait précipiter Bouygues Telecom dans les bras de Free.

 

 

 

17/3 Les Echos

 

La Caisse des Dépôts (ou la BPI ) pourrait accompagner en capital un rapprochement entre Vivendi, SFR et Bouygues si le deal ne se faisait pas.

 

Recomposition du paysage des télécoms (parts de marchés en % du CA 2013 en valeur) :

 

Fixe Orange 55,9, SFR + Numéricable 27,5, Free 13,2, Bouygues 3,5

 

Mobile 0range 44,1, SFR 31,4, Bouygues 18,6, Free Mobile 5,9

 

(source : Nomura Research)

 

Pour Anne Bouverot, directrice de l’Association européenne des opérateurs (GSMA) : « En France comme en Europe , la consolidation est en marche ».

 

 

 

23&24/3 Le Monde

 

Pourquoi Bouygues veut absolument s’offrir SFR ? La filiale de télécommunications du groupe est trop petite pour survivre seule.

 

 

 

24/3 Les Echos

 

Bouygues somme Vivendi de prendre en compte sa nouvelle offre sur SFR ( + 1,85 milliards d’€). Le rôle de Vincent Bolloré pourrait être déterminant.

 

 

 

26/3 Les Echos

 

Les syndicats de SFR veulent des garanties pour l’emploi . L‘intersyndicale a envoyé un protocole d’accord à Bouygues, Vivendi et Numericable.

 

 

 

29/3 Le Monde

 

Bouygues offre des garanties – maintien de l’emploi sur 36 mois – aux salariés de SFR et de Bouygues Telecom.

 

 

 

5-Les géants du Net, neutralité du Net

 

 

 

12/3 Le Monde

 

Pourquoi Google veut devenir fournisseur d’accès internet ? Le groupe américain déploie un réseau en fibre optique. Avec une idée : plus l’accès est rapide, plus les internautes surfent, plus il vend de la publicité. Ses 4 axes : Développer (susciter l’attente), Financer (asseoir la rentabilité), Conquérir (croître sur le secteur de la publicité télévisée), Se Prémunir ( ne pas dépendre des opérateurs). Sur ce dernier point il veut peser sur la neutralité du Net. Cela fait suite à un jugement qui a remis en cause ce principe aux Etats-Unis. Vitesse moyenne de connexion à Internet en Mégabits/s : Corée du Sud, Suisse : 11,6, Etats-Unis : 9,8, France 6,5. Prix le plus faible pour une offre triple play en dollars : New York 70, Paris 35, Zurich 30, Séoul 15.

 

 

 

19/3 Les Echos

 

Les Européens divisés sur la neutralité du Net.dans le paquet législatif de la réforme des télécoms … censée redonner du lustre à un secteur en perte de vitesse…. et qui a bien du mal à aboutir ! Certains acteurs évoquent un texte mal ficelé qui crée de l’incertitude juridique.

 

 

 

30&31/3 Le Monde

 

Les géants du Net se diversifient tous azimuts et dépensent des milliards pour ne pas rater la prochaine révolution. Pour le patron de Facebook : « Le mobile est la plate-forme d’aujourd’hui. Nous devons penser aux plates-formes de demain ». Ces groupes s’éloignent de leur activité historique. Ils ne veulent pas finir comme Nokia ou BlackBerry qui n’ont pas su anticiper l’arrivée des smartphones.

 

 

 

 

 

6-Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur

 

 

4/3 Le Monde

 

Près de la moitié des français juge « élevé » le coût de leur téléphone mobile ( sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche).

 

 

 

7/3 Le Monde

 

Deux ans après l’arrivée de Free dans le mobile, Orange continue de souffrir. Le CA a baissé de 4,5% en 2013 mais le résultat net a fait plus que doubler.

 

 

 

8/3 Le Monde

 

Situations contrastées entre les marchés européens et américains des télécommunications. Santé insolente aux Etats-Unis au niveau des bénéfices : Verizon 8,3 milliards d’€, ATT 18,2 milliards d’€ contre 2,1 milliards d’€ pour Orange qui compte pourtant plus de clients. Etats-Unis profil homogène, un seul régulateur…Les européens ont privilégié le pouvoir d’achat du consommateur au détriment de la capacité d’investissement des opérateurs. Dépense moyenne pour le mobile en France 28€, aux Etats-Unis plus du double. Cette politique a un coût pour le secteur. Alors qu’à la fin des années 1990, l’Europe détenait un leadership technologique en imposant au reste du monde la norme GSM, le continent accuse aujourd’hui un sérieux retard sur les Etats-Unis dans la 4G (utilisée dix fois plus qu’en Europe dans les connexions). ATT a les moyens de s’offrir un acteur européen, mais les cibles sont peu évidentes et l’échec sur T-Mobile fera réfléchir à deux fois.

 

 

 

7&8/3 Les Echos

 

Démarrage poussif pour le Cloudwatt d’Orange. Les principales offres commerciales ne sont pas encore lancées.

 

 

 

12/3 Le Monde

 

Parts de marchés des 4 opérateurs en 2013 en % du CA estimé (source Exane Paribas via LesEchos) :

 

Mobile : Orange (hors trafic Free) 43, SFR 32, Bouygues Telecom 19, Free Mobile 6

 

Fixe: Orange 41, Iliad (Free) 23, SFR 21, Bouygues Telecom 8, Numéricable 5, autres 2.

 

 

 

20/3 Le Monde

 

Les eurodéputés vont voter début avril la fin du “roaming” pour la fin 2015. Cette « pure marge » pourrait représenter encore 3% de leur CA ! Les opérateurs espèrent que cela amènera les clients à consommer davantage.

 

 

 

24/3 Les Echos

 

Après Canal+, Orange et Eurosport contestent l’appel d’offres sur les droits du foot. La LFP ayant décidé de ne plus proposer de droits séparément, le produit Orange Ligue1 (lot nomade) serait condamné.

 

Pour un spécialiste des questions européennes à l’IEP Paris, l’heure de vérité pour le droit à la concurrence dans les télécoms est venue. 0ù placer le curseur entre l’intérêt des consommateurs et les marges des entreprises? Il faut bien constater que les prix de la téléphonie en France sont parmi les plus bas d’Europe.

 

 

 

28&29/3 Les Echos

 

Le très haut débit fixe au service des opérateurs. Après un déclin de 5% en 2013, le CA des opérateurs va se stabiliser d’ici à 2016 selon Exane-ADL (Paribas/Arthur D.Little) grâce au fixe. Numéricable et Bouygues l’aurait bien compris. C’est donc la croissance de l’Internet fixe qui permettra au secteur de retrouver quelques couleurs. L’avantage va au câble car il couvre 51% de la population européenne alors que le FTTH n’atteint que 9%. Et le point noir viendrait des mobiles dont le chiffre d’affaires recule assez fortement en Europe. Pour un analyste « il ne voit pas d’éléments susceptibles de redonner aux opérateurs la capacité d’augmenter les prix » malgré la consolidation qui se profile dans de nombreux pays. Le CA moyen généré par habitant en Europe devrait passer de 21,8€ en 2013 à 19,4 € en 2016.

 

 

 

7- Tendance des marchés financiers, gouvernance, actions Orange, actionnariat salarié

 

 

7&8/3 Les Echos

 

Orange s’offre sa plus forte hausse du cours de l’action depuis plus de 5 ans : +10,5%.

 

 

 

11/3 Les Echos

 

Est-ce le début d’une nouvelle idylle entre les marchés financiers et Orange? En l’espace d’une semaine, le cours de bourse a grimpé de plus de 20% et retrouvé ses niveaux de septembre 2012.

 

 

 

20/3 Les Echos

 

Orange prépare un « remaniement » suite aux départs de VB et de EG et à l’arrivée possible de l’actuel directeur du Trésor…

 

 

 

24/3 Les Echos

 

Dans l’entretien du lundi une pleine page est consacrée à SR. SFR, Tapie, nouveau mandat : le patron d’Orange s’explique. « Il ne faut pas déstabiliser Orange en plein maelström du secteur ».

 

 

 

27/3 Les Echos

 

Le CA d’Orange a reconduit le 26/3 SR à son poste de PDG du Groupe à l’unanimité moins deux abstentions. Les administrateurs ne lui ont pas tenu rigueur de sa mise en examen dans le cadre de l’affaire Tapie, de la baisse de 30% du titre en 4 ans ni de la réduction du dividende. Les performances économiques d’Orange en France ont été jugées suffisantes eu égard au contexte social tendu et à l’agressivité de Free Mobile. SR est crédité positivement de l’accord d’itinérance signé qui a rapporté 700 millions d’€ en 2013 et en rapportera probablement autant en 2014. Néanmoins le Groupe aura besoin d’un second souffle sur son marché domestique. L’enjeu du très haut débit est au cœur du deuxième mandat de SR. Orange a commencé à étudier un projet de coentreprise avec la Caisse des dépôts pour déployer la fibre et construire un réseau fixe à très haut débit capable de prendre la relève de l’ancienne boucle locale en cuivre. Le cap a été fixé par l’Elysée : 100% des foyers devront être couverts en très haut débit en 2022. Pour un consultant spécialiste du domaine, après le rachat de SFR, les opérateurs ont intérêt à migrer vers un réseau de nouvelle génération, coupant le cordon de cuivre de l’ex France télécom. Orange doit donc élaborer le modèle économique de demain. Pour garder des marges, les opérateurs vont devoir faire payer Google, Apple, Netflix. Ils ne pourront le faire qu’en fournissant des services sur des réseaux à coûts fixes de plus en plus puissants.

 

Pour David Barroux éditorialiste des Echos « Il faut juger les patrons sur leur bilan. Pas sur leurs amitiés ou leur inclinaison politique- l’Etat reste un actionnaire de poids dans Orange-. La reconduction du PDG d’Orange est une bonne nouvelle. Non seulement parce que, en dépit de la chute du cours de Bourse, son bilan à la tête d’un opérateur fragilisé par l’essor de Free mais soucieux de préserver la paix sociale est globalement positif. Mais aussi et surtout parce que, pour une fois, l’Etat actionnaire s’est comporté en investisseur avisé et non en idéologue politique adepte du copinage ».

 

28/3 Le Monde

 

Les défis de SR reconduits à la tête d’Orange. Le patron de l’opérateur historique, qui rempile pour 4 ans, fait face à un marché chahuté.

 

Réduire les coûts tout en maintenant la paix sociale

 

Faire face à la fin de l’itinérance

 

Maintenir les investissements dans le très haut débit fixe et mobile

 

Développer Orange à l’international

 

 

 

31/3 Les Echos Business

 

Pour SR « un coach est un luxe justifié ». Il confie avoir apprécié la présence d’un aiguillon personnel à ses côtés.

 

 

 

8-Divers

 

 

6/3 Les Echos

 

La mobilité s’invite dans la stratégie des entreprises ( smarphones, tablettes ). Selon une étude menée auprès de 1500 dirigeants et cadres supérieurs dans 14 pays par le cabinet Accenture, la mobilité doit figurer, pour 77% d’entre eux, parmi les 5 priorités numériques de leur organisation, devant l’analyse des données, les objets connectés, le cloud et les réseaux sociaux.

 

Baisse de l’impôt sur les sociétés envisagée : passage de 33,33% à 30% ? Avec la contribution sociale sur les bénéfices le taux de l’impôt sur les sociétés en France est le plus haut d’Europe.( le plus bas étant en Irlande 12,5%).

 

 

 

11/3 Les Echos

 

Belgacom abandonne sa marque éponyme, remplacée par Proximus celle de sa filiale mobile.

 

 

 

14&15/3 Les Echos

 

Les smartphones auront leur chargeur universel dans 3 ans (directive de la Commission adoptée par le Parlement).

 

 

 

17/3 Les Echos

 

SR est convoqué mercredi 19/3 devant la Cour de Justice de la République ;

 

Télétravail : AXA invente le jour « flottant » à définir avec le manager.

 

 

 

26/3 Les Echos

 

L’UFC-Que Choisir assigne les géants du Net pour utilisation abusive des données personnelles et veut aussi, par pétition en ligne faire pression sur Bruxelles.

 

 

 

27/3 Le Monde

 

Règlement de comptes à Orange Studio. Un grand patron du cinéma français commente « Ca sent la reprise en main. Dans un comité, toutes les voix n’ont pas la même valeur. Il faut un pilote dans l’artistique ».

 

Pour Bruno Mettling, la France doit faire sa révolution digitale et pour ce faire il faut repenser le code du travail trop structurant. Il n’y aura pas de « big bang » de la digitalisation, le management devra s’adapter, de nouvelles règles devront être définies…Le gouvernement devra se saisir de toutes ces questions.

 

 

 

29/3 Le Monde

 

Alcatel-Lucent va participer au déploiement du réseau 4G de China Mobile. Pekin donne des gages d’ouverture de son marché aux Occidentaux.

 

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>