molinari

Quelle est la « richesse » créée par les entreprises du CAC 40 ?

Cette note de lecture a été rédigée par Olivier DEZETAVE

 

Comment se répartit cette création de valeur entre les salariés, les Etats et les actionnaires ?

La rémunération de leurs actionnaires est-elle excessive ? Les dividendes sont-ils versés au détriment des salariés ?

Dans une étude qu’elle vient de publier, l’Institut économique Molinari (IEM) propose des réponses à ces questions après avoir calculé la « contribution sociale et fiscale des entreprises du CAC 40 ».

On notera que pour être exhaustif sur la rémunération des salariés, le chiffrage intègre le salaire fixe et variable « super-brut » (comprenant les cotisations patronales et salariales, versées par l’entreprise), mais aussi l’épargne (intéressement, participation) et les dividendes liés à l’actionnariat salarié (à hauteur de 3,5 % du CAC 40).

Par ailleurs, pour mesurer la rémunération des Etats, l’étude intègre les recettes liées aux impôts de production et aux impôts sur les bénéfices, mais aussi les impositions sur les dividendes distribués aux personnes physiques et morales. Elle prend en compte également les gains liés aux distributions de dividendes en tant qu’actionnaire (Agence des Participations de l’Etat, Caisse des Dépôts et Consignations, Fonds de Réserve des retraites, Fonds souverains étrangers ; à hauteur de 5,7% du CAC 40).

Enfin, la rémunération des actionnaires liée aux versements de dividendes concerne uniquement les actionnaires privés, donc autres que les salariés et les Etats ; elle est calculée après impôts.

La principale source d’information est constituée par les « Documents de référence » publiés chaque année par les entreprises cotées.

Il est souligné dans l’étude que les chiffrages des impôts et prélèvements sociaux ont été calculés de manière prudente et a minima.

 

Vous trouverez les résultats de cette étude à l’adresse  http://www.institutmolinari.org/le-partage-de-la-contribution,3475.html « Le partage de la contribution sociale et fiscale des entreprises du CAC 40 français en 2016… »