foto3

Notre veille média septembre 2018

Revue de presse préparée par Bernard MALTESTE, adhérent de l’AASGO.

 

Réseaux, sécurité des données.Tours. Cybersécurité. Cloud.

19/9 Les Echos

Pourquoi les opérateurs télécoms vendent leurs tours. Après SFR, Vodafone pourrait à son tour vendre certains de ses mâts d’antenne. Les opérateurs y voint un moyen de se désendetter et de générer du cash.. Pour un consultant : « Auparavant les opératyeurs étaient dans une logique de propriétaire  immobilier. Ils sont désormais dans une logique d’optimisation ».

21 & 22/9 Les Echos

La loi Elan : un accélérateur pour les télécoms. Le texte lève une série de blocges pour déployer les antennes mobiles et la fibre optique plus rapidement.. Les nouvelles règles devraient diviser par deux le délai pour installer un pylône. Les quatre opérateurs se sont engagés à construire 5000 pylônes chacun.

 

Très haut débit (THD), 4G. High-tech: innovations, nouveaux usages, objets connectés, 5G.

3/9 Les Echos

Enceintes connectées : l’Europe peaufine sa riposte à Amazon. Orange et Deutsche Telekom commercialiseront dans quelques semaines des enceintes connectées développées en Europe. Mais le combat commercial s’avère rude.

25/9 Les Echos

La prochaine génération d’objets connectés prendra des décisions, fera des achats en ligne, remplira des contrats…. Des  transactions qui soulèvent de nouveaux problèmes de sécurité . Sans Internet, plus d’objets connectés !.

20/9 Les Echos

Le patron d’Orange Bank sur le point de démissionner. La nomination de Paul de Leusse aurait précipité le départ d’André Coisne….

21 & 22/9 Les Echos

Orange Bank propose compte bancaire, prêt personnel et livret d’épargne  et dispose d’un agent conversationnel  « Djingo ». Ce conseiller virtuel répond 24 h/24 et 7 jours sur 7 à ses clients. Il repose sur Watson , le logiciel d’intelligence artificielle d’IBM. L’atout majeur du robot conseil c’est son coût.

 

Concurrence, régulation, fiscalité.

1/9 Les Echos

Bouygues Telecom continue sa progression. L’opérateur français gagne des clients dans le fixe et dans le mobile. Les revenus et les marges progressent alors que la consolidation semble gelée pour quelques mois.

5/9 Les Echos

Free perd des abonnés mais améliore ses marges (36,4% au S1 2017, 37,3%au S1 2018). Au T2 l’opérateur a perdu 200000 clients dans le mobile et 28000 dans le fixe,  une première. Malgré un rebond mardi, l’action Iliad a perdu la moitié de sa valeur en 1 an.

Iliad affiche déjà 1,5 million d’abonnés mobiles en Italie.

24/9 Les Echos

L’Arcep met la pression sur Orange pour ouvrir le marché entreprises. Le gendarme des télécoms n’est pas convaincu par les offres faites par Orange aux autres opérateurs pour emprunter ses réseaux.  L’Arcep dénonce aussi les conditions qu’impose Orange pour emprunter ses réseaux fibrés.

14 & 15/9 Les Echos

Apple dote l’iPhone Xs et le Xs Max d’une eSIM, angoisse des opérateurs. Apple ouvre la voie de la fin des cartes SIM physiques. Attendu de longue date, ce mouvement se heurte à la résistance des opérateurs télécoms.

En quoi est-ce un problème pour les opérateurs télécoms ? L’eSIM remplit les mêmes fonctions qu’une SIM classique (l’abréviation signifie « suscriber identity module ») : authentifier l’utilisateur du téléphone et sécuriser sa connexion au réseau de l’opérateur. Mais elle est soudée à la carte mère du téléphone. Alors qu’une SIM classique est programmée en usine avec les informations données par l’opérateur, une eSIM est mise à jour à distance. Les opérateurs craignent également d’être court circuités par les constructeurs et de perdre la relation avec le client final. « Rien n’empêche Apple de proposer demain des abonnements en boutique.Ou de gérer la facture téléphonique directement dans iTunes » explique un connaisseur du secteur.

Les opérateurs freinent des quatre fers. Alors que la technologie existe depuis 2010 et dispose de standards définis par la GSMA ( le regroupement mondial des opérateurs) depuis plus de trois ans, rien n’a vraiment bougé.

La Esim a conquis d’autres marchés, mais pas celui du smartphone. On en trouve dans les voitures connectées, mais aussi dans certaines tablettes, des PC et d’autres objets connectés.

En France seul Orange prend en charge l’eSIM pour la montre d’Apple. Aucun opérateur français n’est mentionné par Apple parmi les quatorze qui accepteront  l’eSIM de l’iPhone.

« Tout le monde s’attendait à ce que cela arrive.Apple va désinhiber d’autres constructeurs » se félicite le vice-président éxécutif de Gemalto…. qui a beaucoup à gagner avec l’eSIM : il fournit les puces et les logiciels pour les gérer.

 

Consolidation du secteur des télécommunications. Convergence télécoms/medias. Contenus.

7/9 Les Echos

Telecom Italia : Vivendi critique la gestion du fonds Elliott.

20/9 Les Echos

Football : après un mauvais départ , SFR n’abdique pas.

28 & 29/9 Les Echos

SFR jure que son pari est payant dans le foot.

 

 

Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur.

4/9 Les Echos

Banques et télécoms freinent les actions européennes et plombe le STOXX Europe 600. Ces deux secteurs sont confrontés à une remise en cause de leur business modèle en Europe.

27/9 Les Echos

La guerre des prix fait rage dans les télécoms. Les opérateurs multiplient les offres promotionnelles pour gagner des abonnés. Une stratégie coûteuse qui fragilise le secteur. La France est le marché européen qui a le plus perdu de valeur ces dix dernières années.Les opérateurs sont soupçonnés de vouloir rendre la consolidation inévitable. Moyenne du revenu par abonné des opérateurs télécoms en France : baisse de 45% en 10 ans.  Revenu moyen par abonné (Arpu) en €/mois : moyenne France 19,4, SFR 22,8, Orange 22,4, Bouygues Telecom 19,6,  Iliad  11,5.

 

Tendance des marchés financiers, action Orange, actionnariat salarié.

10/9 Les Echos

Editorial de Daniel Fortin. Télécoms : pour en finir avec la guerre des prix . E n dix ans le revenu moyen par abonné dans le mobile a chuté de 45%.. On devrait se féliciter de ce cercle vertueux sauf que le temps avance et que plusieurs défis lourds attendent les industriels. Si la France veut rester dans la course des télécoms, qu’il s’agisse de la fibre ou de la 5G. il faut les mettre en situation de pouvoir financer les futurs réseaux . Il n’est pas sûr que leur niveau actuel de rentabilité leur permette. Autre défi, faire face au déplacement de la valeur des réseaux vers les contenus. C’est donc vers ces marchés que doivent aussi investir les opérateurs. Or à moins de rétablir le contrôle des prix, il ne leur reste plus qu’une solution pour retrouver les marges de manœuvre financières nécessaires : se regrouper pour limiter la concurrence et faire remonter les tarifs. Chacun d’entre eux sait que c’est « la » solution. Mais qui se jettera à l’eau ?

7 & 8/9 Les Echos

Xiaomi, l’Europe à tout prix.Le quatrème constructeur de smartphones a lancé jeudi, à Milan, deux nouveaux produits ( bracelet connecté My Banc 3 et rétroprojecteur My Laser). Le constructeur est en phase finale de négociations avec Orange et Free qui devraient vendre leurs téléphones en boutiques ( en plus de SFR et Bouygues Telecom, déjà acquis).