L’AFTAS – Association France Télécom des Actionnaires Salariés –reste mobilisée sur la rémunération des actionnaires salariés de France Telecom

Paris, le 01 Août 2012 – Après la présentation des résultats du premier semestre de France Télécom, l’AFTAS prend acte des engagements du Groupe sur le dividende 2012 mais est en attente de sa position pour les années à venir.

L’AFTAS se réjouit des résultats solides du Groupe

France Télécom annonce des résultats conformes aux objectifs pour le premier semestre 2012. L’occasion pour l’AFTAS de s’engager en faveur de la défense de l’emploi et de la rémunération des actionnaires salariés du Groupe.

Le Groupe, confiant dans l’avenir, rappelle sa volonté de « préserver, en toutes circonstances, sa solidité financière ». Les déclarations des autorités françaises et européennes sur les aspects de réglementation et de fiscalité laissent présager un allègement de la pression fiscale et réglementaire qui a pénalisé le Groupe, ces dernières années.

L’annonce d’un objectif d’un cash flow opérationnel de 8 milliards d’euros pour 2012 devrait permettre de respecter l’engagement de dividendes pour l’ensemble de l’exercice en cours (hormis la nouvelle taxe de 3% sur les dividendes). L’AFTAS estime qu’un partage équilibré entre masse salariale, investissements, gestion de la dette et distribution de dividendes, reste possible.

Sur la base des résultats du 1er semestre 2012, un acompte sur dividende de l’exercice 2012, de 0,58 euro par action sera payé en numéraire, le 12 septembre prochain.

Pour l’AFTAS, France Télécom Orange reste un opérateur solide malgré un contexte économique fragile au plan mondial.

Le Groupe rappelle d’ailleurs la bonne performance de ses activités internationales. C’est principalement dans la zone Afrique Moyen Orient qu’il affiche une nette progression. Cette partie du monde réserve des perspectives de développement. En Europe, les résultats, qui représentent la majeure partie des revenus de France Télécom, sont plus contrastés. Si le marché espagnol se distingue par ses résultats en augmentation, la France, secouée par l’arrivée du 4ème opérateur mobile, accuse le coup avec un chiffre d’affaires semestriel en recul de 4,2 %. Le modèle économique du Groupe subira durablement les effets de cette concurrence accrue.