actu

La revue de presse de l’AASGO, mai 2017

 Ce panorama de la presse a été confectionné par Bernard MALTESTE

 

Très haut débit, 4G. High-tech: innovations, nouveaux usages, objets connectés. 5G.

2/5 Les Echos

Zones rurales : le THD avance lentement mais sûrement. La campagne bénéficie encore peu du déploiement de la fibre optique en France. Les grands opérateurs télécoms ont enfin décidé de les prendre en compte. Le sujet est très politique : la fracture numérique alimente les rancoeurs en régions. Le 28/4 Stéphane Richard s’est déplacé en Loire Atlantique pour signer un contrat de déploiement de la fibre (108000 prises).

5&6/5 Les Echos

A la Réunion, le leader de la fibre teste des super-débits. La Réunion est l’un des départements les plus fibrés de France. Le leader de la fibre  sur l’île,Zeop, loin devant Orange, y a testé des débits dix fois plus élevés que la normale. Il est en partenariat avec le chinois ZTE. Il a investi sans aides 140 millions d’€ pour fibrer l’île.

17/5 Les Echos

Mobile : le déploiement de la 4G est passé à la vitesse supérieure. Au 1° mai la France disposait de 34425 sites autorisés pour la 4G, dont 29792 en service. Bouygues Telecom est en tête du déploiement, Orange a la meilleure couverture de la population.

Analyse de Fabienne Schmitt  dans un article intitulé « Le casse-tête de la monétisation des réseaux ». Quand « trop de data, tue la data », en laissant penser qu’elle n’a pas de valeur….

22/5 Les Echos

Bras de fer entre Bruxelles et les Etats sur les futurs réseaux 5G. La Commission européenne veut finaliser au plus vite « le marché numérique unique ». Mais 15 Etats (dont l’Allemagne  mais pas la France) s’opposent au nouveau projet de règlement télécoms sur la table. Tensions sur les fréquences. Cybersécurité : les objets connectés dans le viseur.

 

Orange Bank

11/5 Les Echos

BNP Paribas et le Crédit Mutuel lancent leur application de paiement mobile LyfPay pour faire la différence face aux géants du Net. Leur application intègre des outils de fidélisation et de communication pour les commerçants.

 

Concurrence, régulation, fiscalité.

11/5 Le Monde

SFR assigne Orange et lui réclame 2,5 milliards d’€. SFR mais aussi BT Group et Verizon reprochent à l’opérateur historique son comportement sur le marché des entreprises qui avait été sanctionné par l’Autorité de la Concurrence fin 2015 à hauteur de 350 millions d’€.

 

Consolidation du secteur des télécommunications. Convergence télécoms/medias. Contenus.

5&6/5 Les Echos

Vivendi assoit son contrôle sur Telecom Italia. Le groupe de Vincent Bolloré obtient les deux tiers des sièges au conseil d’administration.

12/5 Le Monde

SFR s’empare de la Ligue des champions à prix d’or (350 millions d’€/an à/c de 2018). Cette acquisition est un coup dur pour Canal + et BeIN Sports.

13/5 Le Monde

Avec Havas, Vivendi tente de marier la publicité et les contenus. SFR fait trembler la planète médias-télécoms. L’opérateur a payé le prix fort pour pouvoir diffuser les matches des grandes équipes européennes de football. L’offensive de SFR ne sera pas sans conséquences pour ses concurrents. A commencer par Orange et Canal+, qui avaient prévu de nouer un accord de distribution privilégié.

17/5 Les Echos

Pierre Louette  doute de la rentabilité d’SFR avec l’achat de ses droits sportifs.

22/5 Les Echos

Domicilié au Luxembourg, SFR Studio respectera les règles françaises.

23/5 Les Echos

Kiosques presse : tous les telcos se positionnent. Bouygues Telecom s’associe à son tour avec LeKiosK. Orange réfléchirait à muscler son offre Free aussi.

 

Les géants du Net, neutralité du Net

20/5 Le Monde

La neutralité du Net remise en cause aux Etats-Unis par la FCC. Le président de l’agence de régulation a justifié sa décision  en indiquant que la réglementation de 2015 aurait nui à l’investissement  dans les infrastructures. Il a cité une étude selon laquelle les investissements des grands fournisseurs d’accès à Internet avaient baissé de 5,6% entre 2014 et 2016. Pour un membre démocrate de la Commission «  L’avis rendu va gravement nuire b à la capacité de la FCC à défendre les consommateurs dans la compétition du XXI ème siècle ».

 

Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur

19&20/5 Les Echos

Le coup d’accélérateur des grands groupes dans le financement des start-up. Pierre Louette pilote d’ODV (Orange Digital Ventures) fait un premier bilan de l’enveloppe de 200 millions d’€. : « Nous sommes en ligne et nous procédons même à des réinvestissements ».

18/5 Les Echos

Bouygues Telecom confirme son bon redressement. Il a gagné des clients sur les trois premiers mois de l’année (CA : +8%). Pour plusieurs observateurs, Bouygues Telecom pourrait avoir besoin de s’adosser à un grand groupe pour perdurer! Didier Casas, proche du chef de l’Etat, vient de reprendre son poste de Directeur général adjoint.

19/5 Boursorama

Orange entre en négociation exclusive  en vue de l’acquisition de Business & Décision, groupe international de consulting et d’intégration de systèmes.

22/5 Les Echos

Les opérateurs télécoms n’ont jamais autant investi qu’en 2016. Selon l’Arcep, les opérateurs ont investi 8,9 milliards d’€ en 2016, un record contre 7,8 milliards l’année d’avant. Mais la France est en retard dans le déploiement de la fibre et de la 4G sur le reste de l’Europe.

 

Tendance des marchés financiers, actions Orange, actionnariat salarié

17/5 Boursorama

Le courant acheteur domine les échanges.

19&20/5 Les Echos

Big bang en perspective dans les participations de l’Etat. L’Etat pourrait réduire ses 22,95%  dans Orange (13,39% BPI et 9,56% APE).. Pour Emmanuel Macron « La participation de l’Etat dans une entreprise comme Orange peut évoluer. Cependant, l’Etat joue chez Orange un rôle de stabilisation de l’actionnariat dans un contexte où le secteur connaît des évolutions importantes.. L’hypothèse de la cession reste un sujet très sensible. Pour un bon connaisseur  « C’est un enjeu tellement important que la main de l’Etat tremble depuis des années ».

 

Divers

4/5 Les Echos

Orange met fin au roaming en Europe le 18 mai prochain. Orange rejoint ainsi Free.

Les élus de la Lozère attaquent Orange pour non-assistance à personne en danger  pour un « effroyable abandon du réseau ».

12&13/5 Les Echos

Relation entre grands groupes et start-up : encore du chemin. Exemple de collaboration : Orange ave Facebook. Les deux entreprises se sont associées pour créer un accélérateur pour détecter des start-up innovantes dans les infrastructures réseaux. Les jeunes pousses sélectionnées pour un programme de 6 à 9 mois auront accès aux décideurs des deux entreprises  et du réseau Telecom Infra Project auxquels les deux géants participent.

Les spéculations vont bon train autour du portefeuille de l’Etat. Le projet de création d’un fonds de 10 milliards d’€  (industrie du futur) de lignes cotées va entraîner des arbitrages.

Orange fait l’objet de toutes les attentions. Partisan du contrôle par la régulation (plutôt que la propriété du capital), Emmanuel Macron pourrait favoriser un recul de 23% à 20% du capital, sans perdre les droits de vote double. Ce qui pourrait faciliter la relance de discussions en vue de la reconfiguration du secteur français des télécoms. Lorsqu’il était à Bercy, Emmanuel Macron n’était pas opposé au rapprochement envisagé entre Orange et Bouygues, mais il avait posé ses conditions.

15/5 Les EchosBusiness

Orange ne figure pas dans les 10 premiers du CAC  Governance  (Euronext/Vigeo Eiris). Atos a décroché les meilleures notes  en termes d’efficacité du conseil, de contrôles internes, de droit des actionnaires et de rémunération des dirigeants.

16/5 Les Echos

Très haut débit : SFR assigne Orange en justice. Les deux opérateurs se disputent la couverture de la France en fibre optique. Accord initial dans les zones moyennement denses  80% Orange, 20% SFR. Depuis rachat de SFR par Numéricable ! Patrick Drahi demande 50% et le patron de l’Arcep avait pris fait et cause pour SFR…Sujet politique…

17/5 Les Echos

Vodafone optimiste sur sa croissance malgré de fortes pertes.

19&20/5 Les Echos

Altice, menacé d’amende par l’Europe pour avoir pris le contrôle de Portugal Telecom avant l’heure.

27/5 Le Monde

Stéphane Richard était l’invité du Club de l’économie du  « Monde » le 24 mai. Le PDG revient sur ses ambitions dans la banque, sa stratégie dans les medias face à l’offensive de son concurrent Altice, ses liens avec Canal+ et l’éventualité d’une cession par l’Etat de sa participation au capital de l’opérateur.

Changement du paysage syndical chez Orange : «  La CFDT est devenue le premier syndicat d’Orange alors qu’historiquement c’était la CGT et Sud. L’idée que les français seraient rétifs au changement est profondément fausse ».

Le nouveau métier de la banque : « Nous pensons que le domaine de la banque en ligne est au début de son développement. La loi Macron va faciliter la mobilité et le changement de banque pour les individus. Nous entrons dans la cashless society (la société sans argent liquide) avec le décollage du paiement dématérialisé. Il faudra apprécier la profitabilité et la création de valeur. Nous avons l’intention d’ajouter de nombreux services- du crédit à la consommation, du crédit immobilier, des assurances- qui sont ceux sur lesquels une banque gagne de l’argent. »

Les convergences télécoms-médias et l’offensive de Patrick Drahi : « Je ne suis pas un converti de la convergence et je pense que je ne le serai jamais. Nous avons payé pour ça chez Orange, il y a quelques années. L’environnement juridique et concurrentiel est compliqué quand il s’agit de marier les télécoms et les contenus. De plus le raisonnement économique ne tient pas…. compte tenu du besoin massif d’investissement… »

L’alliance avec Canal+ : «  Nous avons un intérêt commun, qui est, que l’ensemble du marché de la télévision payante ne soit pas confisqué par M. Drahi. Objectif : rapprocher industriellement, commercialement et en distribution Canal+ et Orange ; d’où les discussions avec les dirigeants de Vivendi. »

La privatisation d’Orange : «  Pas de problème sur le plan économique (bilan et perspectives de l’entreprise). Le sujet n’est pas qu’économique et financier, il est aussi politique et culturel. A l’international ce serait un avantage, en France c’est plus compliqué «  car la moitié du personnel est encore sous statut de fonctionnaire. »

La menace du cybercrime, après l’affaire WannaCry : « C’est le péril n° 1. Nous avons un pôle d’expertise de 1000 ingénieurs et data scientists spécialisés dans ces questions. »