Compte-rendu de l’AG 2011

Résumé et commentaire de l’Assemblée générale de FT qui s’est tenue le 7 juin

Cette AG a eu lieu au Palais des Congrès à Paris le 7 juin 2011. le quorum définitif a été de 61,71%. Les salariés et anciens salariés détenant sur le plan d’épargne groupe ou, et au nominatif environ 4,6% des actions du groupe FT, représentaient donc , si tous se sont exprimés, 7,45% des votes pour chacune des résolutions présentées. Ces résolutions étaient au nombre de 23. 9 ont été présentées à titre ordinaire et 14 à titre extraordinaire.

Toutes ces résolutions ont été adoptées à une large majorité comme indiqué ci-après:

A titre ordinaire:

Approbation des comptes sociaux et consolidés résolutions 1 et 2 adoptées respectivement à 99,93% et 99,9%.

Affectation du résultat et versement d’un dividende de 1,4€ par action, résolution 3 adoptée à 92,83%.

Approbation des conventions dites « règlementées » , résolution 4 adoptée à 99,26%.

Renouvellement d’un administrateur M.DUFAU et nominations d’administrateurs Mme KRISTOFFERSEN, Mme PENICAUD, M.SEVERINO , résolutions 5, 6, 7 et 8 adoptées respectivement à 99,14%,98,79%,98,67%,98,74%.

Rachat par l’entreprise de ses propres actions dans la limite de 10% du capital et à un coût maximum de 40€ par action, résolution 9 adoptée à 98,59%.

A titre extraordinaire:

Emettre des actions par la société avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires , résolution 10 adoptée à 94,82%.

Emettre des actions en vue d’une offre au public et ou dans la cadre de placements privés sans maintien du droit préférentiel des actionnaires, résolutions 11 et 12 adoptées à 84,72% et 84,80%.

Augmenter , en vertu des résolutions 10 à 12 , dans les 30 jours de la clôture de toute émission, le nombre de titres à émettre dans la limite de 15% de l’émission initiale, résolution 13 adoptée à 87,53%.

Autorisation du Conseil pour émettre des actions dans le cadre d’offre publique d’échange, résolution 14 adoptée à 89,07%.

Autorisation du Conseil pour émettre des actions pour rémunérer des apports en nature consentis à France Telecom, résolution 15 adoptée à 92,4%.

Pouvoir au Conseil, pour une durée de 18 mois, d’émettre des actions pour liquider les contrats d’option de la société Orange SA, résolutions 16 et 17 adoptées à 99,47% et 98,04%.

Limiter à 3,5 milliards d’euros les augmentations de capital autorisées dans le cadre des 8 résolutions précédentes, résolution 18 adoptée à 94,73%.

Délégation de compétence au Conseil pour émettre toutes valeurs mobilières donnant droit à titres de créance, dans la limite de 7 milliards d’euros, résolution 19 adoptée à 99,7%.

Délégation de compétence au Conseil pour augmenter le capital social par incorporation de réserves, résolution 20 adoptée à 99,8%.

Délégation au Conseil pour procéder à des augmentations de capital réservées aux adhérents du plan d’épargne du groupe, résolution 21 adoptée à 94,12%.

Autorisation au Conseil à réduire le capital dans la limite de 10%,par annulation de tout ou partie d’actions acquises par la société, résolution 22 adoptée à 99,8%.

Pouvoirs pour formalités, résolution 23 adoptée à 99,95%.

Le vote des résolutions a bien sûr été précédé d’interventions de membres du comité de direction, et de réponses aux questions écrites et orales.

Intervention de Stéphane Richard

Le PDG , Stéphane RICHARD, est intervenu assez longuement pour donner sa vision du secteur des télécommunications marqué par la concurrence, la régulation et l’émergence de nouveaux acteurs mondiaux non régulés. Il a indiqué que les opérateurs historiques n’avaient pas trouvé leur place dans ce nouvel environnement et apparaissaient en retrait. Il a insisté sur le fait que sans réseaux rien ne serait possible et que l’explosion des usages était une chance pour les opérateurs.

Il a exposé donc ses quatre convictions:

* Les réseaux sont au cœur de l’écosystème numérique,

* Nous assistons à l’explosion des usages qui conduit à une meilleure valorisation des réseaux par l’adaptation de la tarification

* Les opérateurs ont une contribution essentielle dans le « Cloud computing » avec le développement de « fermes de serveurs » permettant d’aller vers la « ville intelligente » et le développement de services nombreux et variés depuis le relevage des compteurs à distance jusqu’à la gestion de la « dépendance » en passant par le paiement sans contact.

* Le futur sera fait de coopérations entre les acteurs de la chaîne de valeur, voire d’associations capitalistiques. Ainsi sont nés des partenariats ou des prises de participation dans les sites de contenus comme Deezer, Dailymotion,

Il a ensuite présenté son plan à 5 ans « Conquête 2015″ qui reposera sur 4 piliers:

1) Les salariés ( première force du groupe) avec la création d’emplois résolument tournés vers l’avenir et un dialogue social décentralisé et modernisé, orienté vers la confiance car il faut concilier performance économique et performance sociale. « les 169000 salariés du groupe sont au coeur de notre ambition« 

2) Les clients. L’objectif est d’avoir 300 millions de clients en 2015, ce qui impose de s’appuyer sur les 60000 salariés en contact direct avec eux, d’avoir une meilleure réactivité liée à un pragmatisme impératif. « Il faut réagir avec énergie pour conserver nos clients surtout avec l’accentuation de la concurrence en France. Transparence et qualité mais aussi innovations sont les impératifs pour nos clients« .

3) Les réseaux. « il faut être les champions du très haut débit » mais il faut améliorer notre qualité de service qui passe par un effort d’investissement conséquent,

4) Le développement à l’international avec un doublement de notre chiffre d’affaires sur l’Afrique et le Moyen Orient sur la période.

Il a indiqué que pour 2011 les évènements en Afrique, et leurs conséquences notamment économiques auraient des répercussions mais d’ores et déjà la situation tend à se normaliser aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Egypte et en Tunisie.

Enfin il a indiqué que le groupe examine l’ensemble de ses participations, minoritaires notamment, et qu’il n’avait pas vocation à rester au capital d’entreprises dont il n’a pas le pilotage opérationnel.

Intervention de Gervais Pélissier:

Le Directeur financier du groupe a présenté les résultats 2010 et rappelé les résultats du 1er trimestre 2011 avec une marge en net recul toutefois.

Il n’a pas manifesté d’inquiétude particulière quant à l’atteinte des objectifs 2011 avec un free cash flow au moins égal à 8 milliards d’euros et une dette maîtrisée « qui fait du groupe un des plus sûrs acteurs des télécommunications au plan mondial« .

(La présentation des résultats s’appuie sur des slides qui peuvent être facilement consultés sur le site de orange.com.)

Il est revenu en détail sur le plan stratégique « Conquête 2015″ avec ses deux phases 2011/2013 puis 2014/2015 tel qu’il avait été présenté aux investisseurs le 31 mai dernier.

Il a confirmé le versement d’un dividende de 1,4€ pour les exercices 2011 et 2012, et indiqué également qu’il pourrait y avoir des rachats d’actions si le groupe vendait des actifs.

Intervention de Delphine Ernotte:

La directrice du marché français a fait part de sa vision sur ce marché qui a anticipé l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile Free. Elle a indiqué que le marché était très actif, l’arrivée de Free mais aussi l’affaire de la TVA avaient changé la réaction des clients.

FTSA a pu redresser la conquête de clients ADSL au cours du second semestre 2010 après l’autorisation de l’ARCEP de proposer des offres  » quadruple play ». FTSA a simplifié les offres mobiles, noué un partenariat avec Deezer très prometteur (aujourd’hui près d’un million de clients);

Elle a précisé que « notre position de N°1 du mobile était déterminante » que « notre accord avec Free est la reconnaissance de la qualité de notre réseau » et il « permettra un meilleurs amortissement de ce réseau« 

Pour rester leader en France, les atouts de l’entreprise sont sa base de clients, sa proximité avec les clients, sa différenciation des offres et des contenus. Mais il faut rester leader sur les réseaux mobiles, investir dans la fibre, et augmenter la qualité de service.

Intervention de Pierre Louette:

Le secrétaire général du groupe a relaté l’action du Conseil d’administration qui s’est réuni 11 fois en 2010, et de ses divers comités. Il a eu à se prononcer notamment sur le règlement du dossier Mobinil en Egypte et de la prise de participation dans l’opérateur marocain Medi telecom.

Il a ensuite procédé à la lecture des questions écrites et des réponses apportées par le Conseil. Parmi ces questions certaines ont permis de faire le point sur les salaires versés en France notamment, ou le salaire moyen est de 40000 euros, la rémunération périphérique (participation intéressement abondements divers) représente en outre plus d’un mois de salaire. Par ailleurs, le litige en cours en Pologne entre TPSA et son fournisseur danois qui a conduit à provisionner 540 millions d’euros.

Questions orales

Pendant près de trois quart d’heure des questions orales ont pu être posées . Parmi ces questions on retiendra :

-celle sur le dividende et le partage de la valeur ajoutée qui a permis à S Richard d’indiquer que le groupe n’était pas le plus généreux des opérateurs vis à vis des actionnaires mais se situait dans la moyenne avec une distribution de 45 à 50% du free cash flow. Ce versement ne pénalise en rien le groupe dans sa capacité d’investissement. Quant à la valeur ajoutée de 26 milliards environ en 2010 elle profite notamment à 40% aux salariés du groupe, à 23% aux investissements, et à 13,5% aux actionnaires. En complément il a été indiqué que le paiement du dividende en actions n’était pas proposé car tout indique qu’il rencontrerait peu de succès.

-celle sur les coûts et résultats de la recherche et l’innovation; Le budget affecté représente 2% du CA soit environ 800 millions d’euros et occupe 3000 salariés en France sur un total de 6000. Elle permet des avantages significatifs sur la montée en débits des réseaux, leur sécurité, la sécurité des bases de données et la création de services par exemple dans les systèmes de paiement , le « cloud computing » les services « machines to machines » etc.

- celle sur la marque Orange; 30 pays actuellement ne connaissent que la marque « ORANGE » et l’extension à vocation à se poursuivre. En terme de notoriété, Orange est la 36 éme marque mondiale, la 2éme marque française et la 6ème du secteur mondial des Télécommunications. Le remplacement de la marque France Telecom par Orange pourrait être proposé à la prochaine Assemblée Générale.

-celle sur l’évolution du cours de l’action avec le regret de ne pas en avoir entendu parler jusque là avec présentation d’un graphe comparatif; S.Richard comprend la déception des actionnaires et explique la baisse du cours par la désaffection du secteur règlementé par les marchés, quant à la baisse plus spécifique de l’action FT il l’attribue à l’arrivée prochaine d’un quatrième opérateur mobile en France qui s’accompagnera (« cela a déjà commencé ») d’une guerre des prix. Il parle de bulle pour les fournisseurs de contenus et autres terminaux, peut être comparable à celle que les opérateurs ont connu en 2000.

-celle sur l’attribution d’actions gratuites; un plan est en préparation pour un montant d’environ 250 millions d’euros, les actions attribuées seront achetées sur le marché.

-celle concernant la rémunération périphérique de Stéphane Richard. Ce dernier a catégoriquement indiqué qu’il ne voudrait ni actions gratuites, ni stocks options, ni parachute doré, ni retraite spécifique…et il a été applaudi par la salle!

 

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>