foto2

Résultats 2016 d’Orange : Annonce d’une attribution d’actions gratuites aux salariés

Orange a publié le 23 février 2017 ses résultats pour l’exercice 2016.

Chiffres clés :

  • Chiffe d’affaires : 40,918 milliards d’euros (+0,6%)
  • EBITDA (ajusté)[1] : 12,682 milliards d’euros (+1,7%)
  • CAPEX : 6,971 milliards d’euros (+3%)
  • Résultat net (part du groupe) : 3,263 milliards d’euros (+305 millions par rapport à 2015)
  • Dette fin 2016 : 24,444 milliards d’euros
  • Dette nette/EBITDA : 1,93 (2,01 fin 2015)

Commentaires

Comme chaque année, l’AASGO fera une analyse approfondie des comptes d’Orange pour 2016.

On notera d’ores et déjà un redressement du chiffre d’affaires, d’ailleurs plus marqué au 4ème trimestre 2016 (+1%), et de l’EBITDA (+1,7%, mais +4,8% au T4 2016). Le redressement de la marge est une conséquence de celle du chiffre d’affaires, mais aussi de la baisse des charges.

La progression du chiffre d’affaires 2016 ne trouve pas encore sa source en France (-1% à 18,969 milliards d’euros), mais provient notamment de l’Espagne (+6% à 5,014 milliards d’euros) et dans une moindre mesure de l’Afrique Moyen Orient (+2,5% à 5,245 milliards d’euros)[2] et de l’Europe centrale (+1,9% à 1,648 milliard d’euros). En Pologne, le chiffre d’affaires a poursuivi son effritement (-2,5% à 2,644 milliards d’euros).

Côté Entreprises, la progression est légère pour le chiffre d’affaires (+0,7% à 6,398 milliards d’euros), mais importante pour l’EBITDA (+8% à 1,014 milliard d’euros).

Perspectives

Le groupe fait preuve de prudence en annonçant simplement que l’EBITDA de 2017 devrait être supérieur à celui de 2016 à base comparable. Les éventuelles acquisitions sont envisagées dans le cadre d’une politique « sélective, avec priorité aux zones existantes ». Au plan de la solidité financière, Orange précise que le ratio dette/EBITDA restera maintenu aux alentours de 2.

Preuve d’un certain optimiste, le groupe envisage de  relever à 0,65 euro le montant du dividende par action au titre de l’exercice en cours (0,60 euro proposé à la prochaine assemblée générale eu titre au titre de l’exercice 2016, avec versement d’un solde de 0,40 euro le 14 juin 2017). Un acompte de 0,25 euro sera versé en décembre 2017. Les actionnaires salariés du groupe (à travers le FCPE Cap’Orange et en direct profiteront de ce dividende.

Dans son communiqué, le conseil d’administration d’Orange conclut en précisant que ce relèvement du dividende s’inscrit dans le cadre de « la recherche permanente d’un bon équilibre entre le financement des investissements nécessaires au développement de l’activité du Groupe, le partage de la valeur avec les salariés, et la rémunération des actionnaires ».

Pour ce qui concerne spécifiquement les salariés, Stéphane Richard a annoncé une attribution d’actions gratuites avec acquisition définitive en 2020[3].

Cette attribution à tous les salariés répond à une demande de l’AASGO qui souhaite que, dès lors que les résultats sont attendus en progression sur les prochaines années, tous les salariés en tirent profit à travers le dividende, mais aussi à travers la valeur de l’action. Une attribution égalitaire d’actions gratuites (au moins en France) exclut tout risque de perte et fait profiter pleinement ses bénéficiaires de la performance de l’action à l’issue de la période de conservation.

L’AASGO analysera cette attribution quand les modalités détaillées seront connues et détaillera le régime fiscal et social pour les bénéficiaires en France (application de la loi Macron).

 

[1] Marge brute (chiffre d’affaires moins charges d’exploitation)

[2] L’EBITDA est cependant en baisse (-1% à 1,658 milliard d’euros) notamment à cause de la dévaluation de la livre égyptienne.

[3] Cette attribution devra être autorisée par une résolution votée lors de la prochaine assemblée générale.

fotoS3fotolia

Comptes inactifs : êtes-vous concerné ? S’applique-t-elle au PEG et au PERCO ? Que devez-vous faire ?

L’AASGO fait le point

Depuis le 1er janvier 2016 les dispositions de la loi du 13 juin 2014, dite « Loi Eckert », relative aux comptes inactifs, sont entrées en application[1].

Qu’est-ce qu’un compte inactif au sens de la loi Eckert ?

C’est un compte qui depuis 12 mois remplit deux conditions :

  • Il n’a fait l’objet d’aucune opération, en dehors du versement de dividendes, d’intérêts, du versement de produits divers (BSA…) et du débit de frais et commissions par l’établissement teneur de compte ;
  • Le titulaire du compte (ou son représentant légal ou son mandataire) ne s’est pas manifesté, sous quelque forme que ce soit, auprès de l’établissement teneur de compte ni n’a effectué aucune opération sur un autre compte tenu dans le même établissement[2].

Ce délai est porté à 5 ans pour les comptes-titres, les comptes sur livret et la plupart des produits d’épargne.

Autrement dit, le compte est inactif si des mouvements sont intervenus sans intervention du titulaire du compte, qui lui a été totalement passif vis-à-vis de l’établissement. Une connexion en ligne pour consulter un de ses comptes ou une demande de chéquier, une demande de percevoir les dividendes de Cap’Orange[3], par exemple, suffirait à ce que tous les comptes tenus dans l’établissement ne soient pas considérés comme inactifs.

En cas de décès, on considère une période de 12 mois pendant laquelle aucun ayant-droit n’a informé l’établissement de sa volonté de faire valoir ses droits sur les avoirs et les dépôts.

Quels types de comptes sont visés ?

Tous les types de comptes sont visés : comptes à vue dans une banque, mais aussi livrets (livret A, livret jeune, LEP, LDDS),  PEL, compte-titres ordinaires et PEA, Plans d’épargne d’entreprise

Toutefois, quand les avoirs sont indisponibles, le délai d’un an ou de cinq ans partira du moment où les avoirs seront devenus disponibles et sous réserve que le titulaire du compte soit resté passif. Ainsi l’épargne salariale bloquée 5 ans dans le PEG ne devient éventuellement concernée que 5 ans après la fin du blocage (soit au total après environ 10 ans, si le titulaire du plan ne se manifeste jamais et n’effectue aucune opération nouvelle); dans le cas du PERCO, c’est le départ à la retraite qui entraine la disponibilité.

Quelles conséquences pour les comptes inactifs ?

Si votre compte reste inactif pendant 10 ans à compter de la dernière opération, ou de la fin de l’indisponibilité, ou de votre dernière manifestation auprès de l’établissement[4], vos avoirs seront obligatoirement transférés sous forme de numéraire à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)[5].

S’il s’agit de titres, l’établissement doit les vendre et transférer le produit dans les 3 mois suivant l’échéance à la CDC. Il n’a aucune responsabilité quant à la valeur de cession.

En cas de décès, le délai est de 3 ans à compter de la date du décès.

Information des épargnants

La loi prescrit aux établissements d’informer 6 mois auparavant les titulaires de comptes inactifs « par courrier recommandé ou par tout autre moyen à sa disposition ».

Attention donc, il est essentiel d’informer les établissements teneurs de vos comptes, de vos adresses successives si vous déménagez, ou du changement de votre adresse de messagerie internet.

Sinon, il est à craindre que vous ne soyez pas informé d’un compte jugé inactif par l’établissement et que celui-ci  fasse valoir que la responsabilité de cette situation vous incombe.

Situation des avoirs à la CDC

Pendant 20 ans à compter du dépôt, ils restent votre propriété. La CDC les détient en numéraire pour votre compte. Vous pouvez donc les réclamer à tout moment (voir ci-dessous).

Au bout des 20 ans, les avoirs sont acquis à l’Etat auquel la CDC doit les transférer sans recours possible de votre part. Ils sont alors perdus pour vous ou pour vos ayants-droits (héritiers).

Comment savoir si des avoirs ont été transférés à la CDC ?

En vous identifiant, vous pourrez vérifier si la CDC détient des avoirs à votre nom, sur le site : www.ciclade.fr

Remplissez alors le questionnaire en ligne. Si la CDC détient effectivement des avoirs vous appartenant, le site vous guidera pour la marche à suivre et les justificatifs à fournir.

Si vous détenez des avoirs disponibles dans le PEE ou le PERCO d’Orange, et si vous n’avez pas effectué récemment d’opérations (souscription, déblocage, arbitrage entre fonds), consultez périodiquement le site de l’épargne entreprise. Cela évitera tout risque que votre plan soit considéré comme inactif et qu’au bout de 10 années dans cette situation, les titres soient vendus, les avoirs transférés sous forme de numéraire à la CDC et que le plan soit en conséquence clôturé d’office. Si vous avez perdu vos codes d’accès, demandez de nouveaux codes sur ce site. Surtout n’oubliez pas que vous détenez des avoirs…Il ne suffit plus qu’ils fructifient pendant votre sommeil !

 

—————————————————————————————————————————

[1] Dispositions figurant aux articles L.312-19 et L.312-20 du code monétaire et financier

[2] Agir auprès d’un établissement ne vaut en aucun cas information d’un autre établissement où l’épargnant détient aussi des avoirs.

[3] Demande de transformer des parts « C » (capitalisation des dividendes) en parts « D » (distribution des dividendes). L’inverse serait aussi une manifestation auprès du gestionnaire et du teneur de compte.

[4] Il convient de retenir la plus récente de ces trois dates.

[5] Cas particulier pour les plans d’épargne logement (PEL) : le délai est porté à 20 ans si vous n’avez pas d’autre compte dans l’établissement qui gère le plan.

cartouche-twitter

Les investissements en actions Orange dans le PEG sont ils rentables ?

Une étude de Bernard Castanier – 5 janvier 2017 Après deux années favorables (+ 53% en 2014, +10,11% en 2015) du cours de l’action Orange,  2016 a marqué une évolution plutôt contrastée, le cours de clôture au 30/12/2016 s’établissant à 14,435€ , soit une baisse sensible de -6,78%.  Toutefois 2016…

Aasgo

Orange Ambition 2016 : l’AASGO analyse l’offre et ses formules

Pour l’analyse en PDF : OrangeAmbition2016 CARACTERISTIQUES GENERALES DE l’ORP L’offre réservée au personnel d’Orange (ORP) CAP/Orange 2014 portera sur 11,5 millions[1] d’actions nouvelles Elle est accessible aux salariés en France et au total dans 29 pays, ainsi qu’aux retraités ayant conservé leur plan d’épargne d’entreprise. Ils pourront souscrire du 9…

Les chiffres-clés d’Orange en 2015

L’érosion des résultats est stoppée et une dynamique de redressement a commencé à se traduire dans les chiffres au 2ème semestre 2015.

Chiffre d’affaires : 40,236 milliards € (-0,1% par rapport à 2014, mais progression au 2ème semestre)

EBITDA : 12,426 milliards d’euros (+0,1%)

Taux de marge brute : 30,9%

Investissements : 6,486 milliards d’euros  (+9,3% à base comparable, avec un accroissement de 55% dans la fibre optique et une progression importante dans les réseaux mobiles 4G)

Résultat net : 2,958 milliards d’euros (+1,733 milliards d’euros par rapport à 2014)

Résultat net part du Groupe : 2,652 milliards d’euros (0,915 milliard d’euros en 2014)

Dette nette : 26,552 milliards d’euros (+0,462 milliard d’euros par rapport à 2014, suite à l’acquisition de Jazztel en Espagne et à la consolidation de la filiale marocaine Medi Telecom)

Ratio dette nette/EBITDA : 2,01

Parmi les résultats commerciaux, on notera 18 millions de clients mobiles 4G en Europe (x2,3 par rapport à 2014, avec une très forte progression en Espagne) et 1,882 millions de clients fibre optique (x2,7 par rapport à 2014).

Dividende proposé : 0,60€ par action, ce qui compte tenu de l’acompte déjà versé de 0,20 € se traduira par un solde de 0,40€ versé le 23 juin 2016.

Objectifs 2016 

Le groupe prévoit un EBITDA retraité supérieur à celui de 2015 à base comparable. Le ratio dette nette/EBITDA devrait rester aux alentours de 2 afin de conserver une situation financière stable.

Cela implique une politique d’acquisitions sélectives se concentrant sur les marchés sur lesquels le Groupe est déjà présent.

Le groupe prévoit de verser en décembre 2016 un acompte sur dividende inchangé de 0,20 € par action.

Concernant un possible rapprochement avec Bouygues Télécom, le Groupe précise que les discussions se poursuivent avec Bouygues. Il indique que « Orange n’agira que dans le seul intérêt de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients et sera particulièrement attentif à la création de valeur d’un tel projet ».

 

Comme chaque année, l’AASGO mettra prochainement à disposition de ses adhérents sur son site une analyse détaillée des résultats 2015 d’Orange.