aasgo

Entretien avec Luc Marino, Administrateur au sein du Conseil d’Administration d’Orange

L’AASGO est représenté au sein du conseil d’administration d’Orange. Luc Marino, adhérent AASGO de longue date, siège au titre des représentants des actionnaires salariés depuis l’an dernier. Ce début d’année est l’occasion de lever le voile sur la fonction d’administrateur…

 

Luc, pouvez-vous vous présenter ?

Depuis mai 2018, je suis l’Administrateur qui siège au sein du Conseil d’Administration d’Orange qui compte 15 membres, en tant que représentant des actionnaires salariés. J’ai été élu à l’Assemblée générale du 4 mai 2018 d’Orange lors de la plénière qui s’est déroulée à la Mutualité.

Je suis par ailleurs membre de l’AASGO depuis de nombreuses années.

J’ai été président du conseil de surveillance du fonds Orange Action avant qu’il ne soit regroupé dans un seul et unique fond d’actionnariat salarié, le FCPE Orange Actions en 2016. Marc Maouche à la même époque était président du fonds Cap Orange.

Je poursuis mes activités au sein d’Orange, je suis responsable des process pour les réseaux internationaux à Blagnac.

 

En quoi consiste votre contribution d’administrateur ?

Nous avons eu 6 conseils d’administration depuis mai 2018, 2 autres en 2019 avant la présentation des résultats d’Orange au marché financier, le 21 février.

Je me suis préparé à assumer ces fonctions.

D’abord avec un parcours de formations ciblées : un approfondissement personnalisé m’a été apporté par le service juridique interne à notre groupe Orange, pour l’analyse les indicateurs financiers, puis j’ai suivi un cycle à l’IFA, l’institut de référence en matière de formation des administrateurs.

Ensuite, au quotidien, en préparant chaque conseil d’administration. Les dossiers à l’ordre du jour sont envoyés 2 jours avant par le secrétariat de général. Ce sont des dossiers d’actualité, confidentiels, sur lesquels je ne peux évidemment pas m’exprimer ni ici ni ailleurs. Je me documente beaucoup, avec des revues de presse sur les télécoms, la concurrence, la banque, la télésurveillance, l’Afrique, puisque Orange élargit ses métiers.

Notre PDG sait mettre les participants à l’aise, les débats sont courtois, ils se déroulent dans une ambiance de respect de la prise de parole.

C’est une très belle expérience.

 

Quelle est votre ligne de conduite en tant qu’administrateur ?

Il faut travailler ses dossiers pour avoir de la hauteur de vue et rendre des avis.

En tant qu’administrateur, on nous demande d’agir dans l’intérêt social de l’entreprise, de ses actionnaires et de ses salariés. On peut toujours discuter sur le sujet du partage de la valeur, mais il ne s’agit pas d’intervenir dans un sens revendicatif, au sens syndical du terme.

Je fais entendre aussi le leitmotiv de l’AASGO, en faveur de l’augmentation de la part des actionnaires salariés. Un actionnariat stable, défensif en cas de désengagement de l’Etat.

 

© David Morganti

Edito de Marc Maouche, président de l’AASGO

Bonne année, chers amis, cher(e)s collègues !

 

 

A l’heure où se posent bien des questions sur le modèle social, où tous les secteurs et entreprises sont secoués par la transformation digitale, il me semble que nous avons deux grandes raisons de satisfactions :

  • travailler pour un groupe solide, placé au cœur de l’innovation qui sait souder ses équipes dans un projet d’entreprise cohérent et porteur d’avenir ; le cours de bourse est certes encore sous-évalué, mais nos fondamentaux sont solides, le contrat social non entamé ; les compétences du groupe, de nos dirigeants et des collaborateurs/trices sont fortes, tous nos métiers évoluent en permanence dans un contexte mondial plus que concurrentiel, nous sommes armés pour l’affronter …
  • et deuxièmement, être en tant qu’actionnaires-salariés, dépositaires ensemble d’un pouvoir d’action réel. Certes, là encore, nous appelons de nos vœux en cette nouvelle année que des opérations soient réalisées par l’entreprise pour monter la part des salariés au capital : des offres d’achats d’actions abondées par le groupe ont été faites par le passé, elles pourraient à nouveau être proposées et permettre aux salariés volontaristes de se porter acquéreurs d’actions dans des conditions avantageuses. Mais, à l’heure qu’il est, nous disposons déjà tous ensemble de 10% de droits de votes aux AG d’Orange, ce qui nous permet de jouer un rôle réel, de proposition et de contrôle.

 

Etre adhérent de l’AASGO, rappelons-le encore une fois, nous permet une vision éclairée sur la stratégie du groupe, nous intéresse à ses enjeux d’une façon toute particulière car nous nous sommes impliqués, parties prenantes. En effet, la représentation de l’AASGO dans deux instances majeures – le conseil d’administration du groupe avec Luc Marino, et le Fonds Commun De Placement Orange avec la présidence de Nadia Zakcalvet -, nous dotent de véritables pouvoirs d’actions. Etre acteur des décisions dans un monde qui s’invente et se construit, cela change tout.

 

Avançons avec détermination dans cette nouvelle année 2019, qui sera sans aucun une année de jonction vers un nouveau monde.

 

 

Marc Maouche,

Président de l’AASGO

fotoS3fotolia

Notre veille média de novembre 2018

Revue de presse préparée par Bernard MALTESTE, adhérent de l’AASGO.

 

Réseaux, sécurité des données.Tours. Cyberdéfense. Cloud.

21/11 Les Echos

Interview de Stéphane Richard. Qualité du réseau : « Orange reviendra dans les clous dès 2019 ». « Face à la dégradation du réseau cuivre , l’Arcep a mis en demeure l’ex-opérateur historique fin octobre. Le patron d’Orange détaille aux « Echos » les mesures qu’il compte prendre. « Orange n’abandonne aucune de ses responsabilités sur le service universel et sur son réseau cuivre historique. Il y aeu des difficultés ces derniers mois dûs aux événements météorologiques à répétition. Pour y remédier je présenterai un plan au Gouvernement la semaine prochaine. Dès 2019, nous allons recruter 200 techniciens supplémentaires spécialisés sur le réseau cuivre  en plus des 1000 techniciens qui interviennent sur tout le territoire. Les « forces d’intervention rapide » atteindront près de 500 personnes l’an prochain. Nous fourniront aux clients concernés par les pannes des solutions provisoires. Des millions de personnes dépendent encore du cuivre. La fibre n’arrivera pas partout, les deux réseaux vont encore cohabiter  pendant au moins vingt ans. Nous mettons en place une dizaine de « Vigie Service universel » en région , qui veilleront à ce que l’engagement de rétablir les lignes du service universel en moins de 48h soit respecté dans 85% des cas.. Le budget Orange alloué par ligne de cuivre augmente de 17% par rapport à 2017. [NDLR : le réseau cuivre d’Orange compte environ 30 millions de lignes actuellement] ».

26/11 Les Echos

La pression diplomatiques’accroît de toute part sur Huawei (cybersécurité, interception des communications…).  Plusieurs pays s’interrogent sur le rôle de l’équipementier télécoms. Les Etats-Unis effectueraient un lobbying intensif pour l’exclure des futurs réseaux. Et pourtant à l’heure actuelle il n’y aurait que Huawei comme fournisseur de matériel 5G ! La France hésite face au chinois pour la sécurité des réseaux. Des expérimentations ont eu lieu avec Bouygues Telecom et SFR. Huawei va-t-il participer à la construction du futur réseau 5G hexagonal alors qu’aux Etats-Unis et en Australie il a été écarté de ce juteux marché ?

 

Très haut débit (THD), 4G. High-tech: innovations, nouveaux usages, objets connectés, 5G

25/10 Les Echos

Plan haut débit : les élus locaux redoutent les retards.Le gouvernement revendique 3 millions de prises très haut débit posées en 2018 et 3,5 millions l’an prochain. Un rythme trop lent pour certains élus locaux.

21/11 Les Echos

La fibre partout En Essonne d’ici à fin 2020. Sogretel a été chargée paer le département d’installer la fibre dans 124 communes. L’exploitation du réseau sera ensuite cobfiée via une délégation de service public, à Covage en partenariat avec Orange et la Caisse des Dépôts, pour une durée de 15 ans. Pour les 72 autres communes , c’est-à-dire les collectivités les plus urbaines représentant les deux tiers de la population, l’installation de la fibre est en cours  via des opérateurs (Orange, SFR…) ou d’autres initiatives publiques. Du retard a été pris dans le nord du département par SFR.

5G

25/10Challenges

Le Japon court vers la 5G. Un test grandeur nature de la nouvelle génération de réseaux de télécoms aura lieu à l’occasion des JO 2020. Un défi économique de taille pour les opérateurs ( comment compenser des coûts d’investissement énormes ?). La 5G permettra de réduire les temps de latence à quelques microsecondes et de gérer des connexions multi-objets.

7/11 Les Echos

La 5G pour rendre la voiture autonome. Le futur réseau 5G améliorera nettement la connectivité des véhicules. La technologie ouvre la voie à de nouveaux services d’info-divertissement à bord des véhicules. « Grâce à sa rapidité de transmission  de l’information , la 5G va surtout augmenter la sécurité la sécurité des automobilistes prévenus à temps d’un danger » dixit un conseiller en technologie. Ericsson, PSA et Orange ont conjointement réalisé en 2017, un test baptisé « Towards 5G » ( devenu le projet européen 5Gcar) sur la piste d’un ancien aérodrome à Lure . Cela a montré la pertinence de la rechnologie V2V pour permettre à un véhicule d’avertir la voiture qui le suit d’un éventuel danger. Ericsson vient de signer un accord avec Orange  et l’Utac Ceram pour lr déploiement d’un réseau 5G expérimental sur son autodrome de Linas Monthléry.

Orange Bank

15/11 Les Echos

Nickel, les bons comptes du compte sans banque. En cinq ans à peine, Compte Nickel est passé du statut de bonne idée à celui de fintech à succès rachetée en 2017 par BNP Paribas. Dans un monde de néobanques largement déficitaires, le modèle prouve déjà son efficacité. Chiffres clés : Nickel vise 2 millions de clients à l’horizon 2020. Un million de comptes ouverts  (à l’été 2018).Nickel brigue 10000 points de vente en 2020 (tabacs) ; 3800 tabacs distribuaient Nickel à fin septembre 2018.

 

Concurrence, régulation, fiscalité.

25/10 Challenges

Bouygues soigne sa connexion au client. Aux coûteuses campagnes de promotions, l’opérateur préfère la fidélisation de ses abonnés Pour cela il sonde leur satisfaction (800000 abonnés/mois) et anticipe leurs besoins. Pour  un analyste de Bearing Point :  « C’est un réel enjeu, quand Free est arrivé, seuls les prix importaient. Aujourd’hui les gens favorisent l’offre  en premier, puis la qualité du réseau et la relation client ». Pour lui « Orange reste l’opérateur qui investit le plus. Bouygues a misé sur la simplicité et l’efficacité , malgré des moyens limités, et ça fonctionne ! Orange reste l’opérateur qui investit le plus ».

29/11 Les Echos

Orange à nouveau tancé sur la qualité de service (service universel). Les indicateurs du T3 B, dévoilés par l’Arcep montrent une nouvelle dégradation de la qualité de service.  Par exemple le délai de réponse à 95% des réclamations dépasse 20 jours.

 

Consolidation du secteur des télécommunications. Convergence télécoms/medias. Contenus.

20/11 Les Echos

Les chaînes françaises menacées dans leurs accès aux productions américaines. Les télévisions payantes commencent à s’inquiéter d’être moins utiles aux studios américains pour la distribution de leurs films et séries en France. Une bonne partie des  programmes   de Canal+, d’OCS ou autres poourraient disparaître de leurs antennes. Après Netflix et Amazone c’est l’arrivée du SVoD de Disney en Europe qui inquiète.

21/11 Les Echos

Pour Stéphane Richard « La question de la consolidation du marché va se poser à nous. Cette question de consolidation se pose aujourd’hui, c’est surtout la raison des ravages causés , particulièrement en 2018, par la guerre des prix dans les télécoms.Il pourrait y avoir une nouvelle fenêtre pour d’éventuelles discussions au premier semestre 2019 ».

 

Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur.

25/10 Les Echos

Service Universel : Orange riposte au gendarme des télécoms. « Orange ne paiera aucune amende » . Orange se défend par la voix de Nicolas Guerin  Secrétaire général en expliquant qu’il a dû multiplier les opérations de maintenance.

2&3/11 Les Echos

Orange teste ses solutions sur les bateaux de la Route du Rhum. Le skipper du « Spirit Saint Malo embarque un micro-ordinateur de type RaspberryPi qui mouline toutes les données récupérées à divers points du bateau par une vingtaine de capteurs. Le projet illustre l’ambition des opérateurs dans l’IoT, l’Internet des objets.

8/11 Les Echos

Invitée des « Echos » : Fabienne Dulac Directrice Générale d’Orange France.

Arcep, qualité de service en tant qu’opérateur du dervice universel  : «  Notre plan d’actions consiste à renforcer nos ressources sur les boucles locales- les réseaux dans la rue, là où globalement il y a le plus d’intempéries,  donc de dysfonctionnements- avec une vraie difficulté qui est que ce réseau de cuivre est vieillissant et en train de disparaitre avec l’arrivée de la fibre : nous sommes donc obligés de reformer des jeunes générations pour arriver à maintenir ce réseau ».

Promotions : « C’est  20 milliards d’€ qu’il faudra pour déployer la fibre…Donc, lorque vous êtes dans une logique d’investissement , avoir une guerre des prix comme nous la vivons dans l’ADSL – technologie du passé- cela n’a pas de sens.

Orange Bank : « Dans notre business plan, nous visons l’équilibre dans les 5 ou 6ans. Nous avons réussi à ouvrir 200000 comptes en 1 an, ce qui est un véritable succès.

12/11 Les Echos

Vivendi blâme Elliott pour les résultats de Telecom Italia

15/11 Les Echos

Orange modernise le téléphone fixe. Dès le 15/11, il ne sera plus possible de souscrire un abonnement à une ligne fixe à l’ancienne. La bascule vers la téléphonie sur IP se fera sans surcoût, selon l’opérateur historique. Le RTC ne concerne surtout  des personnes âgées mais aussi de nombreuses entreprises et des servces comme les alarmes des ascenseurs.  L’opérateur ne coupera le signal qu’à partir de 2023  selon un calendrier par plaques géographiques.

Les nouveaux clients ne seront pas obligés d’acheter une box internet Ils pourront souscrire uniquement un abonnement de téléphonie fixe. Au lieu de relier leur combiné directement à la prise murale « en T » , il leur faudra ajouter un boîtier intermédiaire.Mais la fermeture du cuivre n’est pas pour tout de suite !

 

Tendance des marchés financiers, action Orange, actionnariat salarié. Gouvernance.

25/10 Les Echos

Les salariés se renforcent dans les conseils d’administration. Dans les sociétés du SBF 120, les salariés détiennent près de 7% des mandats. Avec la loi Pacte, ils pourraient, selon Ethics&Board, monter à 12,5%. Les organisations patronales ne veulent pas que les conseils puissent comprendre plus de deux administrateurs salariés en leur sein.

 

Divers

23/10 Les Echos

Bruno Mettling prend la tête du cabinet Topics. Le Président non éxécutif d’OrangeMoyen-Orient et Afrique lance le 1° novembre prochain Topics. Ce cabinet de conseil sera spécialisé dans la tranformation numérique et sociale et la modernisation du dialogue social. L’équipe sera constituée d’une douzaine de professionnels ayant tous conduit des transformations dont Jean-François Colin ancien DRH d’Air France, Pierre Beretti, ex dirigeant de Thalès et d’Alcatel (mais aussi d’Altedia –ndlr-)…Topics se crée au moment où les plus grands spécialistes de l’accompagnement et de la transformation RH affûtent leur stratégie. Qu’il s’agisse de LHH Altedia, de BPI Group, comme de la société de conseil en stratégie sociale et ressources humaines Alixio. Cette dernière a racheté Ytae. L’ancien secrétaire général de FO Jean-Claude Lailly y est même devenu senior advisor.

31/10 Les Echos

Issy-les-Moulineaux attire les sièges sociaux. Orange vient de poser la première pierre de son nouveau siège (le 3 octobre). A l’été 2020, les 3000 salariés d’Orange franchiront le périphérique pour retrouver leur fief historique d’Issy-les-Moulineaux. L’emplacement en bord de Seine , contenait une halle démontée pour laisser place à « Bridge », un édifice de 56000 m2 tout en verrières et terrasses (agence d’architecture Paul Viguier et Associés,  pilotage Altarea Cogedim).  « Notre ville est fière de compter bientôt le Groupe Orange, fleuron mondial des télécommunications » a déclaré le maire de la ville André Santini. Avec Orange, Nestlé et Cap Gemini , la ville comptera en 2020 presque 30 sièges sociaux de grands groupes : Colas, Microsoft, Bouygues immobilier, La poste, BNP Paribas Real Estate…

7/11 Les Echos

Les banques bientôt privées de SMS pour sécuriser les paiements en ligne. (3D-Secure). Alliées aux commerçants , les banques demandent aux régulateurs européens du temps pour s’adapter.

12/11 Les Echos

La Poste aurait perdu 100000 clients en 2017 . « Ma French Bank sera lancée dans 2000 bureaux de poste avant l’été, nous visons plus de 1 million de clients en 5 ans. ».   BPCE a renoncé au lancement de Fidor, Orange Bank perd 90 millions d’€ sur 9mois en 2018.  C’est un pari risqué…

12/11 Les Echos

Vivendi blâme Elliott pour les résultats de Telecom Italia

16/11 A  Nous Paris

Smarphones 5*à 3 chiffres.

Ce n’est pas parce que la barre des 1000€ a été franchie il y a déjà un moment qu’il faut forcément payer autant pour s’offrir un excellent smartphone. Apple, Google,Samsung, OnePlus et Sony tiennent à le démontrer avec leurs derniers modèles qui sont, tous à leur façon, des musts du genre :

  • iPhone écran 5,5 pouces XR : l’expérience X sans se ruiner avec son écran LCD le plus avancé du marché  (855€ en 64Go) ;
  • Google Pixel3 : on le paie aussi en livrant ses données,écran 5,5 pouces (860€ en 64Go) ;
  • OnePlus 6T : la bête de course ultra-abordable mais absence de prise jack (560€ en 128Go) ;
  • SonyXperiaXZ3 : un écran pour vibrer (800€ en 64Go) ;
  • Samsung Galaxy S9 : la performance subtile (860€ en 64Go)

19/11 Le Figaro

Telecom Italia ; un nouveau patron pour démanteler l’opérateur. Luigi Gubitosi va succéder à Amos Genish. Pour le premier actionnaire , Vivendi, qui défend la stratégie de long terme d’un opérateur intégré, la cession du réseau serait une « folie » conduisant au démantelement de l’opérateur historique.

21/11 Les Echos

Diplômés des écoles de commerce. Google est l’entreprise préférée des étudiants et jeunes diplômés des écoles de commerce. Orange ne figure pas dans le classement des 25 premières entreprises préférées.

23/11 Le Monde

Le « coliving », nouvel habitat des grandes villes. Station F  (de Xavier Niel) doit ouvrir , en janvier 2019  à Ivry-sur-Seine  sa nouvelle résidenced’appartements à partager aux loyers attractifs.

29/11 Les Echos

L’image des entreprises en plein recul (Baromètre Posternak-Ifop). Les groupes d’abord associés, d’abord associés, dans l’esprit des consommateurs, à des coûts ont mauvaise presse.Les opérateurs ne sont guère en reste : Orange qui jusque-là était sur une pente ascendante recule de 4 points, Free de 8.

logofas

Point d’étape sur la Loi Pacte

Par Loïc Desmouceaux, Président de la FAS

 

Remarque préliminaire

Le projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises (PACTE) vient d’être adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale. Il sera examiné en janvier 2019 par le Sénat et, compte tenu de la procédure parlementaire, ce n’est sans doute pas avant le printemps 2019 qu’il sera définitivement adopté et promulgué –sans doute après un examen par le Conseil constitutionnel de certaines de ses très nombreuses dispositions. On ne peut donc faire en novembre 2018 qu’un bilan d’étape avant de possibles évolutions –dont certaines feront l’objet de propositions de la FAS aux sénateurs.

 

LES PROPOSITIONS DE LA FAS DANS LE CADRE DU PROJET DE LOI PACTE

Sachant que la loi PACTE ne contiendrait pas de mesures relatives à la fiscalité du patrimoine, la FAS a agi auprès du gouvernement, puis des députés pour :

  • Favoriser le développement de l’actionnariat salarié
  • Renforcer la protection des intérêts des actionnaires et notamment des actionnaires salariés
  • Renforcer la participation tant directe qu’indirecte des actionnaires salariés à la gouvernance des entreprises
  • Mieux former et conseiller les épargnants salariés.
  1. Favoriser le développement de l’actionnariat salarié

La FAS a suscité deux des mesures du projet de loi :

  • L’extension aux opérations de cession hors marché de l’obligation pour l’Etat de proposer une tranche de 10% des actions cédées aux salariés et anciens salariés éligibles, dès lors qu’il détient plus de 10% du capital (hors très petites participations) ;
  • Un forfait social ramené à 10% (au lieu de 20%) pour l’abondement de l’entreprise en cas d’acquisition de titres de l’entreprise ou d’une société de son groupe ; c’est la première fois que le taux du forfait social dépendra de la nature du placement et, en l’occurrence, de la prise de risque, ce que la FAS défend constamment dans ses propositions.
  1. Renforcer la protection des intérêts des actionnaires et notamment des actionnaires salariés

La FAS a obtenu par amendement parlementaire une mesure de protection des actionnaires salariés dans le cadre des sociétés par actions simplifiées (SAS) : l’interdiction de leur imposer par les statuts des obligations de cession forcée de leurs titres, d’agrément pour leur cession, ou encore d’inaliénabilité pendant 10 ans (clauses que la loi rend normalement possible dans le cadre des SAS).

Dans ce domaine, la FAS a par contre échoué dans ses propositions de deux mesures :

  • Un vote à la majorité des 2/3 pour autoriser en assemblée générale extraordinaire la cession de plus de 50 % des actifs d’une société (cas d’Alstom), ce qui est imposé en cas de scission ;
  • Des restrictions à l’abaissement de 95% à 90% du seuil du capital détenu pour imposer aux actionnaires minoritaires (qui peuvent être des actionnaires salariés) la cession forcée de leurs actions cotées (procédure de retrait obligatoire), ce qui peut permettre des manœuvres spoliatrices, sous réserve du contrôle que pourra exercer l’AMF.
  1. Renforcer la participation tant directe qu’indirecte des actionnaires salariés à la gouvernance des entreprises

La FAS a obtenu 3 avancées législatives :

  • La suppression pour certaines sociétés de s’exonérer de la présence d’un administrateur actionnaire salarié dès lors qu’elles avaient, avant 2013, au moins un administrateur salarié (cas notamment de la Société Générale et de BNP Paribas) ;
  • L’obligation pour les sociétés non cotées d’avoir un administrateur actionnaire salarié dès lors qu’elles sont tenues d’avoir au moins un administrateur salarié et que les actionnaires salariés détiennent au moins 3% du capital ;
  • Possibilité pour les sociétés de prévoir dans leur statuts que les actions gratuites détenues au nominatif, dont l’attribution a été autorisée avant la loi Macron du 6 août 2015, entreront dans le périmètre de leur actionnariat salarié  pris en compte pour la désignation d’un administrateur actionnaire salarié (ce qui est légalement obligatoire dans le cas d’actions gratuites dont l’attribution a été autorisée après la publication de la loi Macron).
  1. Mieux former et conseiller les épargnants salariés.

Un amendement parlementaire adopté dispose que le règlement d’un PEE devra prévoir « les modalités d’une aide à la décision pour les bénéficiaires ». Ceci est une revendication majeure de la FAS. Pour autant, il est inquiétant de constater que faute de précisions, rien ne garantirait l’objectivité et l’absence de conflits d’intérêts lors de ce conseil qui, pour des raisons économiques, pourrait être automatisé. La FAS proposera donc aux sénateurs de mieux encadrer cette aide à la décision.

 

AUTRES MESURES IMPORTANTES DE LA LOI PACTE

  1. Le relèvement du plafond de la décote lors des offres réservées aux salariés et anciens salariés, porté de 20% à 30% (et de 30% à 40% en cas d’indisponibilité d’au moins 10 ans)

 

  1. La possibilité pour l’entreprise d’effectuer un versement unilatéral, d’un montant uniforme pour tous ses salariés, pour l’acquisition d’actions de l’entreprise ou d’une société de son groupe (à l’image de ce qui existe pour le PERCO). Les actions seront dans ce cas indisponibles pendant 5 ans au moins. Le plafond de ce versement sera fixé par décret et ce versement suivra les règles fiscales et sociales applicables à l’abondement. Le texte ne prévoyant pas le relèvement de taux en cas de remplacement de la décote par des actions gratuites, la FAS proposera aux sénateurs de remédier à ce qui est sans doute un oubli.
  2.    L’intéressement versé dans les PME (moins de 250 salariés) sera exonéré de forfait social, tout comme la participation dans les entreprises de moins de 50 salariés.
  3. L’intéressement pourra être calculé en prenant en compte un objectif pluriannuel lié aux résultats et aux performances de l’entreprise. S’ajoutent diverses mesures techniques pour éviter des non versements liés aux plafonds individuels et pour prendre en compte des changements affectant l’entreprise (fusion, scission…).

 

  1. Les plafonds individuels sont portés respectivement à ¾ et à 3 fois le montant du plafond annuel de la sécurité sociale pour l’intéressement et la participation.

 

  1. Un droit à la formation économique, financière et juridique d’une durée minimale de 3 jours pour les représentants des porteurs de parts dans les conseils de surveillance des FCPE (et les administrateurs de SICAV d’actionnariat salarié).

 

  1. Un relevé annuel de situation de l’épargne de chaque bénéficiaire du PEE et des  opérations réalisées, ainsi qu’un plafonnement des frais supportés par les anciens salariés.

 

  1. Une modification du calcul du plafond d’attribution d’actions gratuites excluant les actions non définitivement acquises et celles pour lesquelles il n’y a plus d’obligation de conservation.

 

  1. L’interdiction pour les représentants de l’entreprise dans les conseils de surveillance de FCPE de prendre part au vote (mais non aux délibérations) sur les résolutions présentées à l’assemblée générale. Cette mesure issue d’un amendement parlementaire est motivée par le conflit d’intérêt dans lequel se trouvent les représentants de ceux qui ont proposé les résolutions. Mais elle pose potentiellement la question de conflits d’intérêts chez les représentants non élus des porteurs de parts (qui peuvent notamment avoir fait adopter un projet de résolution par le comité social et économique) et par répercussion la question de la composition de conseils de surveillance  ne comportant que des représentants non élus des porteurs de parts et de l’entreprise (50/50), dont la conformité à la directive européenne du 11 juillet 2007 sur certains droits des actionnaires est douteuse. La FAS suivra avec une particulière attention l’évolution possible du texte.

 

  • La possibilité pour l’Etat de participer aux frais supportés par l’entreprise en cas de cession de ses propres actions et de prendre en charge un rabais de 20% en cas de cession de la majorité des actions au secteur privé (« privatisation »), ce qui pourrait être déterminant pour la réussite de l’opération concernant l’actionnariat salarié.

 

  • Abaissement de 12 à 8 du nombre d’administrateurs (hors administrateurs salariés et administrateurs actionnaires salariés) entrainant la présence d’un deuxième administrateur salarié dans les sociétés concernées en raison de leurs effectifs.

Remarque importante

Le gouvernement souhaitant appliquer dès le 1er janvier 2019 les réductions et exonérations de forfait social, les mesures correspondantes devraient être prochainement introduites par amendement gouvernemental dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 actuellement soumis au Parlement.

 

L’IMPACT DE LA LOI PACTE POUR ORANGE

Il dépendra principalement de la volonté ou de la possibilité financière pour l’entreprise d’utiliser les dispositions nouvelles. Ceci conduit à lister des possibilités :

  1. L’augmentation du taux de la décote lors des offres aux salariés et anciens salariés (passage de 20% à 30%)
  2. Une tranche de 10% réservée aux salariés et anciens salariés en cas de cession d’actions par l’Etat sur le marché ou hors marché.

Attention :

  1. a) ceci ne peut s’appliquer qu’aux cessions d’actions par l’Etat et non par la BPI
  2. b) si la participation de l’Etat au capital d’Orange venait à descendre au-dessous de 10%, l’Etat cesserait d’être tenu de réserver une telle tranche lors de cessions ultérieures.
  3. Possibilité de versement unilatéral et uniforme à tous les salariés pour l’acquisition  d’actions d’Orange (ou de sociétés entrant dans le périmètre de consolidation des comptes).
  4. Possibilité de prendre en compte des objectifs pluriannuels pour le calcul de l’intéressement.
  5. L’inclusion dans le périmètre de l’actionnariat salarié des actions gratuites détenues depuis 2009 au nominatif par des salariés toujours en activité dans l’entreprise (l’article 13.3 des statuts tel que rédigé pourrait le rendre automatiquement possible).
  6. La formation des représentants des porteurs de parts aux conseils de surveillance des FCPE.
  7. L’aide à la décision pour les bénéficiaires du PEG lors de leurs placements ou de leurs arbitrages.

 

 

 

foto3

La revue de presse AASGO mars 2018

Revue de presse préparée par Bernard MALTESTE

Réseaux, sécurité des données 

16 & 17/3 Les Echos

Le déploiement de la fibre en zone rurale sous haute surveillance. Alors que 1,2 millions de foyers sont raccordables dans les campagnes, une forte accélération est attendue dans les prochaines années.

 

Très haut débit (THD), 4G. High-tech: innovations, nouveaux usages, objets connectés, 5G.

2 & 3/3 Les Echos

NGE  va poser la fibre dans l’Hérault. En juillet le groupe a remporté avec Altitude Infrastructure  , le plus grand RIP ( réseau d’infrastructure public) français pour le déploiement de la fibre dans les 7 départements du Grand Est.

9 & 10/3 Les Echos

La fibre optique atteint 10 millions de foyers en France.

 

5G

5/3 Les Echos

L’Europe se met en ordre de bataille pour la 5G. Les Etats et la Commission ont trouvé un accord sur le développement des futurs réseaux. Les opérateurs bénéficieront de licences de 15 à 20 ans devant encourager des investissements massifs. Le projet d’un futur Code européen des télécoms a été acté.


Orange Bank

Lydia (jeune pousse) se pose en point d’accès unique aux comptes bancaires. Elle lance une interface permettant d’accèder et de gérer l’ensemble de ses comptes bancaires. La génération Z séduite par les nouveaux moyens de paiement.

 

 Consolidation du secteur des télécommunications. Convergence télécoms/medias. Contenus.

9 & 10/3 Les Echos

Orange et TF1 mettent fin à leur conflit. Les deux groupes signent un accord de distribution global.

19/3 Les Echos

Telecom Italia : le fonds activiste Elliott attaque frontalement Vivendi.

20/3 Les Echos

Le deal secret entre Orange et TF1 . TF1 a obtenu d’Orange une rémunération pour continuer à être distribué dans les bouquets de télévision de l’opérateur. Le prix payé par Orange est modulable en fonction des accords que TF1 va signer avec les distributeurs concurrents.

21/3 Le Monde

SFR contrant de revoir sa stratégie de convergence. Les « contenus » (football, cinéma, presse) ne serontplus inclus dans les forfaits de base de l’opérateur .

23 & 24/3 Les Echos

Vivendi remet en jeu son pouvoir au sein de Telecom Italia.

 

 

 

 

5-Les géants du Net, neutralité du Net

8/3 Les Echos

Neutralité du Net : les pratiques des opérateurs contestées. Dans plusieurs pays européens, les régulateurs se penchent sur des offres en contradiction avec le règlement adopté en 2015. Le « zéro rating est au cœur des débats ». Pratique consistant à faire sortir une catégorie de services du volume de données inclus dans un forfait.

19/3 Les Echos

Taxation des géants du Net : l’Europe prête à défier Trump.

 

6-Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur

14/3 Les Echos

Free dépasse les 20 millions de clients mais déçoit la bourse. L’opérateur approche les 5 milliards d’€ de CA en 2017  (  en 1 an :+ 8,4% sur le mobile et 3,5% sur le fixe). Ebitda + 6% à 1,777 milliards d’€.

16&17/3 Les Echos

Après une année 2017 laborieuse, SFR a encore tout à prouver.  Ses vetes ont baissé de -1,6% en 2017, mais SFR gagne des abonnés et ses marges progressent

 

 

7-Tendance des marchés financiers, action Orange, actionnariat salarié

 

8-Divers

5/3 Les Echos

Pour Mounir Mahjoubi Secrétaire d’Etat chargé du numérique « La question de l’écosystème des start-up français n’est plus son éclosion, mais son envol ». Il vient de boucler un tour de France des start-up pour évaluer les besoins. Il en ressort 132 propositions pour favoriser l’émergence de géants de la tech. 6 chantiers du gouvernement touchent la French Tech : mission sur l’IA, grande école du numérique, loi Pacte, French Tech diversité, décret Montebourg et le numérique au lycée.

Xavier Niel rejoint le fonds KKR

6/3 Les Echos

Orange renouvelle son comité éxécutif. Changement dans la continuité. Le vœu de Stéphane Richard est de transformer Orange en un « opérateur multiservices ». Toujours un tiers de femmes. Montée en puissance de Laurent Paillassot nommé DGA tout en conservant Orange Espagne. Un banquier seule recrue extérieure.

20/3 Les Echos

L’exécutif doit encore convaincre les Français sur les privatisations. Mais 59% des Français veulent qu’Orange soit complétement privatiséé ou que l’Etat vende une partie de ses actions.

21/3 Les Echos

Orange se situe au 16 ème rang du TOP des employeurs les plus attractifs en 2018.

foto3

La revue de presse AASGO février 2018

Revue de presse préparée par Bernard MALTESTE

Réseaux, sécurité des données 

8/2 Les Echos

Telecom Italia présente un plan de séparation de son réseau. Telecom Italia, dont Vivendi est le principal actionnaire, a présenté mercredi 7 février au gouvernement un projet de scission, qui l’aménerait à créer une entité légale séparée pour son réseau fixe. Contrôlée à 100% par l’opérateur, elle disposerait de son propre conseil d’administration.

13/2 Les Echos

Les opérateurs télécoms, entre cybersécurité et neutralité du Net.. La revue stratégique de cyberdéfense appelle les opérateurs télécoms à coopérer avec l’Etat pour détecter les attaques en cours. Certains imaginent aller plus loin mais se rapprochent de la ligne rouge de la neutralité du Net. Fournir un Internet sûr à ses clients,  le directeur d’Orange Cyberdéfense estime :« Nous voulons pouvoir agir sur la détection mais aussi sur la réaction  car les clients choisiront un opérateur qui les protège » dans le cadre d’une conférence organisée par Orange le 5/2.


Très haut débit (THD), 4G. High-tech: innovations, nouveaux usages, objets connectés, 5G.

2&3/2 Les Echos

Orange accélère dans l’e-santé avec le rachat d’Enovacom. La société spécialisée dans les logiciels à destination des hôpitaux, doit renforcer la filiale de services aux entreprises de l’opérateur. En 7 ans , Enovacom sera la 5ème acquisition pour Orange Businee Services.

5/2 Les Echos

Technologie Li-fi : premières percées en entreprise ; Le premier Congès mondial consacré à cette technologie de communication utilisant la lumière (éclairage LED) se tiendra du 8 au 9 février au Palais Brongniart, à paris. Un procédé méconnu mais prometteur pour les entreprises.  Haut débit équivalent au wi-fi ou bluetooth. Avantages : pas d’ondes radio et sécurité des réeaux. Aujourd’hui coup marketing… déploiement industriel ?

6/2 Les Echos

Covage se relance dans la course à la fibre. L’opérateur d’infrastructures a remporté deux nouveaux contrats de déploiement  en zone rurale. Et il assure d’avoir les moyens de voir plus grand. Les grands opérateurs doivent arbitrer entre différentes propriétés. Ce n’est pas la même équation pour Covage qui ne fait que du déploiement de fibre.

13/2 Le Monde

L’indutrie française des objets connectés s’inquiète. En l’état, le règlement européen sur la vie privée en ligne compliquerait le développement de l’Internet des objets (industrie sur laquelle la France compte tant pour rattraper son retard dans le numérique). L’inquiétude porte sur l’articulation entre  l’ePrivacy  (2019) au règlement général sur la protection des données  (GDPR) qui entrera en vigueur en mai 2018. Pour Brice Bastié de la CNIL, il y a deux textes :  «  L’un vise les données personnelles, c’est le GDPR. L’autre la vie privée c’est l’ePrivacy ».

22/2 Les Echos

Les discussions s’activent sur un « Hulu à la française ». La menace des géants de la vidéo à la demande(SVOD par abonnement) pousse M6,TF1, France Télévisions et même Orange à créer un portail Internet commun pour leurs programmes. . Stéphane Richard a confirmé mercredi 21/2 en marge des résultats de son groupe participer aux réunions  sur ce « Hulu français ». « Nous discutons avec France Télé de la création d’une offre de SVOD. C’est un projet que nous avions déjà eu il ya quelques années avec M6,TF1 et France Télévision et également des acteurs européens » a-t-il dit. Il pourrait même apporter des contenus. Pour Stéphane Richard, à la différence de certains concurrents, « c’est un projet crédible ».

 

5G

28/2 Le Monde

Le secteur des télécoms accélère dans la 5G. La 5G  qui promet plus de débit et de vitesse est au cœur des annonces du Mobile World Congress à Barcelone.. La bataille pour la 5G fait rage. Cette technologie permet d’imaginer de nombreuses applications dans la voiture connectée, l’industrie 4.0…Les équipementiers télécoms y voient un moyen de relancer leurs ventes quand les opérateurs s’interrogent sur le modèle économique.Ces derniers seront-ils autorisés à pratiquer des tarifs différents en fonction des services ?Certains se rappellent encore avec douleur avoir commercialisé la 4G au prix de la 3G. La Commission européenne souhaite normaliser l’utilisation du spectre des fréquences mais a essuyé un refus du Parlement et de certains états membres. « L’Europe ne peut pas être leader dans les déploiements 5G sans une réforme du spectre » a exhorté le commissaire européen chargé du marché unique du numérique. à Barcelone le 26/2. Si le casse tête réglementaire est de nature à refroidir les opérateurs télécoms, cela ne les empêche pas de lancer les premiers tests.  En partenariat avec Nokia sur le site de Paris Saclay, Orange teste un système de détection d’incendie. Lorsque des capteurs signalent l’émergence d’une fumée, des drones sont envoyés automatiquement pour faire état de la situation. Au printemps l’opérateur lancera, avec Ericsson une expérimentation du réseau grandeur nature à Douai et à Lille. Bouygues fera de même avec Huawei à Bordeaux ;

Les chiffres :

  • les opérateurs doivent investir dans la 5G dans le monde 500 milliards de dollars entre2018 et 2020 selon le Global Mobile Suppliers Association.
  • 1,2 milliard c’est le nombre de connexions attendues en 2025. La technologie sera surtout déployée en Chine, aux Etats-Unis et au Japon
  • 14% c’est la part estimée des connexions de la 5G par rapport aux connexions totales en 2025. Les Etats-Unis compteront pour la moitié du marché.
  • 25 milliards c’est le nombre de connexions effectuées grâce à l’Internet des objets en 2025 un triplement par rapport à 2017. En 2023, le nombre ce connexions dans l’industrie dépassera celui effectué par les particuliers.

 

Orange Bank

2/2 Le Monde

Banques et néobanques, querelle des anciens et des modernes. Pour le patron de BankMobile : «  Vous enlevez les frais bancaires et 90% des agences ne seront plus rentables du jour au lendemain.

13/2 Le Monde

Ant Financial est  née en 2004, dans le giron d’Alibaba, le colosse chinois du commerce en ligne pour développer un moyen de paiement sur téléphone mobile  baptisé « Alipay ». Plus de 450 millions de chinois utilisent les services de paiement et le nombre de transactions explose. Selon la firme iResearch, le montant total des transactions en Chine pourrait atteindre en 2018, la somme vertigineuse de 25000 milliards de dollars.

22/2 Les Echos

Orange Bank a attiré 100000 clients en 4 mois ( plus de 30% sont des clients de l’opérateur).

 

Concurrence, régulation, fiscalité.

23&24/2 Les Echos

Bouygues Telecom confirme son rétablissement en 2017. L’opérateur télécoms gagne des clients dans le mobile et le fixe. Sa marge d’ebitda est en bonne progression.

Les chiffres clés de Bouygues Telecom :

-clients mobiles en millions 2016 : 13 ; 2017 : 14,39 (+11%)

-clients fixes en millions 2016 : 3,1 (dont 0,12 FTTH) ; 2017 : 3,44 (dont 0,27 FTTH)

Croissance du CA de +6,8% à 5,1 milliards d’€, progression de l’ebitda de 27% à 1,2 milliards d’€.Les revenus par abonné sont cependanrt en recul sur un an , les tarifs évoluant plutôt vers le bas. Pour Martin Bouygues « Tout le monde a voulu que le marché soit à quatre opérateurs et c’est très bien comme ça ». Optimisme des deux côtés pour calmer le jeu du différent commercial entre TF1 et Orange.

L’opérateur de télécoms (entreprises) Foliateam compte désormais une majorité d’ETI dans ses clients. Il enchaîne les acquisitions.

 

Consolidation du secteur des télécommunications. Convergence télécoms/medias. Contenus.

2/2 Le Monde

Le goupe TF1 rompt le fil avec Orange. Faute d’accord, la Une demande à l’opérateur de cesser la diffusion de ses chaînes dans les box.

2/2 Le Figaro

Le coup de poker de TF1 face à Orange. Le groupe audiovisuel a suspendu l’accès  à MYTF1 aux abonnés de l’opérateur historique. La TNT solution de replis pour les abonnés de la Livebox.

Le PDG de Free hausse le ton face à TF1.

2&3/2 Les Echos

TF1 prêt à assigner Orange en justice. Le service replay arrêté, le signal risque d’être coupé : Orange parle de « clients pris en otages ».

28/2 Les Echos

Interrogé par « Libération » sur son intérêt pour distribuer le bouquet SFR Sport dans ses bouquets, le PDG d’Orange a répondu : « Je l’espère, car nous souhaitons distribuer les meilleurs contenus à tous nos clients. Mais il ne s’appellera ni SFR Sport ni Altice Sport. Je connais le nom d’ailleurs, mais je ne vous le dirai pas ».  Et si SFR se rebaptisait « RMC Sport » ?

 

Les géants du Net, neutralité du Net

3&4/2 Le Figaro

La capitalisation boursière cumulée des GAFA frôle 3000 milliard de dollars.

23&24/2 Les Echos

La neutralité du Net sur le point d’être abrogée aux Etats-Unis.

 

Business, données économiques, chiffres caractéristiques du secteur

22 /2 Le Monde

Stéphane Richard a été  reconduit officiellement le 20/2 par son conseil d’administration pour un troisième mandat. De la continuité, un renforcement dans les services et la cybersécurité et un développement international parcimonieux, tel est le plan de vol de Stéphane Richard pour ces quatre prochaines années. Cette reconduction va s’accompagner d’un remodelage profond de son Comex.  «  Cela va se traduire par l’entrée de non-Français  et par la poursuite de la féminisation », indique Monsieur Richard qui réserve ses annonces pour le 5 mars. Départs : Bruno Metling, Thierry Bonhomme, Marc Rennard, Jérôme Barré, et Pierre Louette.  Pierre Louette pourrait prendre la tête des Echos. Fabienne Dulac et Ramon Fernandez conserveraient leurs prérogatives, tandis qu’Alioune Ndiaye, à la tête de la filiale sénégalaise, pourrait prendre du galon. Prolongé, Monsieur Richard, peut aussi s’enorgueillir de résultats satisfaisants dans une industrie en berne. En 2017 le CA a augmenté de 1,2%, à 41milliards d’€ et l’ebitda a progressé de 2,2% à 13 milliards d’€. Après un déclin continu depuis 2009, la France enregistre une légère débit,. Cela va nécessiter des années d’investissements . Nous déployons en France, mais également en pologne et en Espagne » explique Stéphane Richard. Dans l’hexagone Orange comptait, fin 2017, 26,6 millions de foyers raccordables à la fibre et 2 millions d’abonnés. Pour un opérateur « Orange essaie de tuer la concurrence dans la fibre ». Plusieurs opérateurs précvoient de porter l’affaire devant l’Arcep.  Orange souhaite accélérer danns les services . «  Nous sommes l’un des très rares opérateurs à avoir une stratégie autre que télécoms ». se félicite Stéphane Richard, qui rappelle le lancement de sa banque mobile Orange bank qui comptait 55000 clients fin 2017, et la création d’Orange Cyberdéfense (1000 salariés, croissance 20% par an). Lancement à l’automne d’un assistant personnel Djingo en partenariat avec Deutsche Telekom. «  Ce sera peut être le nouveau minitel. On ne peut pas se lamenter de la position des Gafa et ne rien faire » poursuit le PDG. Enfin Stéphane Richard va poursuivre la «  transformation interne de l’entreprise » afin de la rendre  « plus agile ». « Nous voulons avoir une plus grande capacité d’attraction auprès des talents, notamment dans l’intelligence artificielle ou les létiers de la data. Sur le marché de l’emploi ? nos vrais concurrents sont les start-up » , dit le PDG.

22/2 Les Echos

Après deux  années  de croissance, Orange vise encore plus haut en 2018. L’opérateur publie des bénéfices et des revenus en croissance en 2017.

Les chiffres clés d’Orange :

-CA en milliards d’€ : 2016  40,92 ; 2017 41,1 (+0,4%)

-Ebitda ajusté en milliards d’€ : 2016 12,68, 2017 12,82 (+1,1%)

-Haut débit en millions de clients en France 31/12/2016 : 10,89 dont 1,45 FTTH ; 31/12/2017 : 11,23 dont 2 FTTH

– Services mobiles en France en millions de clients  31/12/2016 : 21,68 ; 31/12/2017 :21,8.

Le bénéfice net de 1,9 milliards d’€ est en baisse de 35% comparé à 2016 qui avait été une année exceptionnelle (avec activités cédées EE) et de 28% comparé à 2015 (avec activités cédées EE).

 

Divers

7/2 Le Monde

Centre d’appels Mobipel : le cabinet Ater  épingle Free.  Selon ce cabinet un « plan de  compréhension des effectifs non officialisé » serait mené à Colombes. En quatre ans le nombre de salariés a été divisé par plus de deux.

10/2 Le Monde

L’innovation managériale n’a pas fait émerger de nouveau modèle d’entreprise . «  Lean management, « design thinking », « coaching », « business models »… Les organisations oscillent entre la tentation d’un contrôle accru de l’efficience et celle de la libération de la créativité. (source Thierry Nadisic professeur et chercheur à l’EM Lyon).

13/2 Le Monde

Les musées  (Grande galerie de l’évolution, musée d’Orsay) s’ouvrent à la réalité virtuelle. Un pari souvent coûteux. Il ne faut pas juste une performance technologique ça doit avoir un intérêt pour le visiteur.

15/2 Les Echos

L’Afrique au cœur des thématiques du prochain VivaTech  ( salon dédié à la relation entre start-up et grands groupes des 24 et 26 mai prochain à Paris. Il faut rendre le cadre réglementaire plus stable ; développer un réseau télécoms fiable ; éduquer l’ensemble des populations, et notamment les femmes ; flécher des capitaux en phase d’amorçage pour les jeunes pousses. Stéphane Richard présent le 15/2  à une table ronde consacrée à l’Afriquesur, souligne le rôle déterminant de la banque pour le continent : « C’est un système nerveux qui structure l’économie et permet de développer de nouveaux usages ».

15/2-27/2 Challenges

China Mobile va installer en région parisienne le QG européen de son activité de conception d’intranet pour les entreprises.

21/2 Les Echos

Avec son S9, Samsung défie Apple (iPhoneX) sur les smartphones à 1000€.Samsung dépasse les 50% du marché. Huawei laisse le terrain des smartphones à Samsung.

22/2-28/2 Challenges

Les meilleurs ennemis du business. La relation entre Emmanuel Macron et Stéphane Richard , PDG d’Orange, n’a rien d’un long fleuve tranquille. Depuis le rachat avorté de Bouygues Telecom en 2016 à la reconduction prévue du dirigeant au printemps. Soucieux de rationaliser ses actifs au sein de l’APE,  le gouvernement a étudié la possibilité de laisser Orange au privé. « Finalement, les équipes de Macron se sont dit que l’opérateur était utile à la croissance du pays grâce à ses huit milliards annuels d’investissement » explique un connaisseur du secteur. Le gouvernement décide finalement de rester actionnaire d’Orange, même s’il réfléchit toujours à rtevendre une part de ses actions. Note blanche  d’un concurrent mystère pour décrédibiliser Stéphane Richard ! Mais aucun concurrent sérieux vu des services de Macron. C’est la  « jurisprudence Gallet » qui finalement permettra de clarifier la situation du PDG d’Orange.