Aasgo

L’AASGO se félicite de la confiance manifestée par les salariés lors de l’opération d’actionnariat salarié Cap’Orange

Cap’Orange, l’Offre Réservée au Personnel lancée mi-mai, est un succès pour Orange. L’AASGO, partie prenante d’un actionnariat salarié renforcé au sein de l’entreprise, s’en félicite.

 

L’opération Cap’Orange a fait l’objet d’une sur-souscription de l’offre : 16 900 000 actions ont été demandées par les salariés, alors que 16 000 000 d’actions étaient proposées. Le plafond d’attribution est fixé à 906 actions par salarié, dont 680 achetées et 226 offertes au titre de l’abondement ; les demandes inférieures ou égales à ce plafond seront intégralement servies, les demandes supérieures seront ramenées au niveau du plafond.

Pour l’AASGO qui s’est fait depuis des mois le promoteur d’une ouverture supplémentaire du capital aux salariés, Cap’Orange est un beau succès : « Les salariés et les anciens salariés du groupe ont bien réagi. L’objectif de faire monter les salariés au capital de notre Groupe, pour améliorer la gouvernance participative et le protéger contre d’éventuels prédateurs, a été compris et s’est révélé très motivant. C’est aussi un véritable satisfecit accordé à l’entreprise sur la stratégie de reconquête commerciale et de maitrise des marges telle qu’elle s’est exprimée cette année dernière », explique Thierry Feurgard, président de l’AASGO. « Encore une fois, face aux tensions qui s’exercent sur le marché, avoir un actionnariat salarié fort est un atout défensif pour l’entreprise. On ne peut que se réjouir de la réussite de Cap’Orange. »

 

 

fotoS27

Cap’Orange 2014, modalités définitives

Cap’Orange 2014 : Modalités définitives                                                                I. CARACTERISTIQUES GENERALES DE l’ORP L’offre réservée au personnel d’Orange (ORP) CAP/Orange 2014 portait sur 16 millions[1] d’actions détenues par l’entreprise après rachat en bourse (0,6 % du capital d’Orange). Elle était accessible aux salariés en France ainsi qu’aux retraités ayant conservé leur plan…

Les actionnaires-salariés s’alarment des mesures fiscales en préparation dans la Loi de Finances 2013

Paris, le 29 Octobre 2012 – Les actionnaires-salariés de France Telecom tirent le signal d’alarme. Les mesures fiscales fortement dissuasives tant pour les entreprises que pour les actionnaires, menacent l’actionnariat salarié en France.

Outre l’alourdissement de la fiscalité sur les revenus des actions et la disparition de l’abattement de 1 525 euros (pour une personne seule) et 3 050 euros (pour un couple) qui va frapper surtout les petits porteurs individuels, les actionnaires salariés s’inquiètent de la hausse du forfait social à la charge des entreprises.

Multiplié par 2,5 pour atteindre 20%, le forfait social frappe la participation, l’intéressement et l’abondement. Ce dernier risque ainsi d’être la variable d’ajustement pour les entreprises, très susceptibles de le réduire fortement, voire de le supprimer totalement.

« Ceci serait catastrophique pour les versements dans le PERCO, la possibilité d’abondement étant le seul avantage justifiant le choix du PERCO en vue de la retraite. Et cela impacterait aussi les investissements en actions de l’entreprise dans le cadre du plan d’épargne d’entreprise où il joue un rôle incitatif », explique Philippe BERNHEIM, vice-président de l’AFTAS, spécialiste des questions de fiscalité et par ailleurs Secrétaire général de la FAS, Fédération Française des Associations d’Actionnaires Salariés.

 Cette surtaxation de l’abondement paraît d’autant plus absurde qu’une baisse de 43% de l’abondement ferait également perdre de l’argent à l’Etat par rapport à ce qu’il lui rapportait les années précédentes (avec la perte des contributions sociales de 8%). Le gâchis serait alors complet.

 Rappelons que France Telecom est l’entreprise qui compte à ce jour le plus d’actionnaires-salariés en France !

Nouveautés fiscales en 2012

Les changements pour les actionnaires et l’épargne salariale Dans le cadre du plan de rigueur, la fiscalité ainsi que les contributions et prélèvements sociaux sur les revenus du patrimoine sont alourdis. Certaines mesures sont entrées en application dès octobre 2011 ; d’autres votées dans le cadre de la dernière loi…