foto26

Rétablissement d’une tranche « salaries » lors des privatisations : l’AASGO a agi!

Une ordonnance du 20 août 2014 a supprimé l’obligation pour l’Etat lorsqu’il cède en bourse des actions, de proposer 10% de ces actions aux salariés de l’entreprise.

La FAS a fait déposer un amendement au projet de loi Macron, rédigé par l’AASGO, pour rétablir cette obligation et l’étendre au cas où l’Etat cède ses actions à des investisseurs en dehors de la bourse.

 

Texte de l’amendement à consulter ici

logofas

Les 14 propositions de la FAS pour une réforme de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié

Cette réforme passe par une réorientation fondamentale vers l’investissement de long terme au service des entreprises, y compris les PME et ETI, ainsi que par un renforcement de la confiance des épargnants ; celle-ci suppose une association, sans biais ou exemptions injustifiées, des actionnaires salariés à la gouvernance de leurs entreprises, ainsi que la présence obligatoire d’au moins 50% de membres élus par les porteurs de parts dans les conseils de surveillance des FCPE d’actionnariat salarié.

 
La FAS propose notamment de repenser en profondeur la fiscalité de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié en l’allégeant considérablement tant pour le salarié que pour l’entreprise. En contrepartie de cet allègement, la FAS propose que l’engagement de conservation soit porté à 8 ans et que les avantages fiscaux et sociaux soient supprimés dans le cas de placements monétaires.
Elle propose également de créer une prestation de conseil indépendant aux épargnants salariés qui pourrait être financée totalement ou partiellement par les entreprises dans le cadre du régime de la formation professionnelle continue.

 

Aasgo

L’AASGO se félicite de la confiance manifestée par les salariés lors de l’opération d’actionnariat salarié Cap’Orange

Cap’Orange, l’Offre Réservée au Personnel lancée mi-mai, est un succès pour Orange. L’AASGO, partie prenante d’un actionnariat salarié renforcé au sein de l’entreprise, s’en félicite.

 

L’opération Cap’Orange a fait l’objet d’une sur-souscription de l’offre : 16 900 000 actions ont été demandées par les salariés, alors que 16 000 000 d’actions étaient proposées. Le plafond d’attribution est fixé à 906 actions par salarié, dont 680 achetées et 226 offertes au titre de l’abondement ; les demandes inférieures ou égales à ce plafond seront intégralement servies, les demandes supérieures seront ramenées au niveau du plafond.

Pour l’AASGO qui s’est fait depuis des mois le promoteur d’une ouverture supplémentaire du capital aux salariés, Cap’Orange est un beau succès : « Les salariés et les anciens salariés du groupe ont bien réagi. L’objectif de faire monter les salariés au capital de notre Groupe, pour améliorer la gouvernance participative et le protéger contre d’éventuels prédateurs, a été compris et s’est révélé très motivant. C’est aussi un véritable satisfecit accordé à l’entreprise sur la stratégie de reconquête commerciale et de maitrise des marges telle qu’elle s’est exprimée cette année dernière », explique Thierry Feurgard, président de l’AASGO. « Encore une fois, face aux tensions qui s’exercent sur le marché, avoir un actionnariat salarié fort est un atout défensif pour l’entreprise. On ne peut que se réjouir de la réussite de Cap’Orange. »

 

 

fotoS27

Cap’Orange 2014, modalités définitives

Cap’Orange 2014 : Modalités définitives                                                                I. CARACTERISTIQUES GENERALES DE l’ORP L’offre réservée au personnel d’Orange (ORP) CAP/Orange 2014 portait sur 16 millions[1] d’actions détenues par l’entreprise après rachat en bourse (0,6 % du capital d’Orange). Elle était accessible aux salariés en France ainsi qu’aux retraités ayant conservé leur plan…