logofas

Colloque du 25ème anniversaire de la FAS

à l’occasion du Grand Prix FAS 2018 de l’Actionnariat Salarié

« L’apport de la loi PACTE pour le développement de l’épargne salariale et de l’actionnariat salarié »

 

 

15h00 – 15h05 Introduction, Loïc DESMOUCEAUX, Président de la FAS Colloque animé par Juliette FAVRE, Directrice du Grand Prix FAS

  • 15h05 – 15h45 Table ronde 1 : Le point de vue du législateur
    M. Roland LESCURE, Rapporteur général de la commission spéciale de l’Assemblée nationale sur le projet de loi PACTE, Député des Français établis hors de France (LaREM)
    M. Michel CANEVET, Rapporteur de la commission spéciale du Sénat sur le projet de loi PACTE, Sénateur du Finistère (Union Centriste)
    MME Natalia POUZYREFF, Députée des Yvelines (LaREM)
    M. Philippe BERNHEIM, Vice-Président du Conseil scientifique et ancien secrétaire général de la FAS

 

  • 15h45 – 16h25 Table ronde 2 : Le point de vue des entreprises et des salariés
    M. Frédéric MATHIEU, Directeur des Ressources Humaines, ESSILOR INTERNATIONAL
    M. Loïc DEGRAS, Responsable des Relations Actionnaires Individuels et Salariés, ENGIE
    MME Anne LEMERCIER, Avocate Associée, CLIFFORD CHANCE LLP
    M. Sylvain MASIERO, Président de l’Association des Actionnaires Salariés de THALES
    M. Christophe LATOUCHE, Vice-président de la FAS, Administrateur représentant les actionnaires salariés de PIERRE FABRE S.A.

 

  • 16h25 – 17h00 Table ronde 3 : Les acteurs du déploiement
    M. Xavier COLLOT, Directeur de l’Epargne Salariale et Retraite, AMUNDI ESR
    M. François MOREAU, Président de LHH-ALTEDIA
    M. Jérôme DEDEYAN, Président d’ERES
    M. Jean-Philippe DEBAS, Président d’EQUALIS CAPITAL

 

  • 17h00 – 18h00 Cérémonie de Remise des GRANDS PRIX FAS en présence de Madame Agnès PANNIER-RUNACHER, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances

 

Lieu : Auditorium Amundi  91 boulevard Pasteur  75015 Paris

S’inscrire : https://admin.eventdrive.com/public/events/4042/website/registrationforms/2914

 

Aasgo

Communiqué de presse : 4 mai 2018 : L’AASGO, l’association d’Actionnariat Salarié du groupe Orange, satisfaite des décisions de l’Assemblée générale des actionnaires

  • L’Assemblée générale du 4 mai a renouvelé le mandat d’administrateur de Stéphane Richard, la condition pour un 3e mandat à la tête d’Orange. L’AASGO avait soutenu sa candidature.
  • Luc MARINO, adhérent de longue date de l’AASGO, intègre le Conseil d’Administration d’Orange.

Qu’en est-il du partage des résultats ?

Au titre de 2017, l’Assemblée générale d’Orange s’est arrêtée sur la valeur du coupon à 0,65 euro telle qu’elle a été proposée par le Conseil d’Administration. Un acompte de 0,25 euro a déjà été versé en décembre. Cela représente un versement de 1,73 milliard d’euros compte tenu du nombre de titres en circulation.

L’AASGO privilégie la rémunération des actionnaires par le dividende à la spéculation sur la valeur du titre. Pour autant, cette rémunération doit rester un juste équilibre entre salaires, investissements et qualité de services aux clients. La proposition d’une augmentation de 5 centimes revient environ à 133 millions d’euros pour les actionnaires, parmi lesquels les 100 000 actionnaires salariés.

 

« L’AASGO est satisfaite du partage de la valeur ajoutée dans le groupe qui récompense les efforts des salariés : 40% va à la masse salariale (l’augmentation des salaires en 2018 sera de 2,5% ; elle représente au sein du Groupe 125 M d’euros), 30% à l’investissement, 23% aux impôts en France et dans les pays où le groupe opère, et 7% à la rémunération des actionnaires, via les dividendes », ponctue Marc MAOUCHE, Président de l’AASGO.

 

Quels projets pour l’actionnariat salarié ?

Les actionnaires salariés détiennent plus de 5% du capital du groupe.

 

« Nous regardons vers les 10% du capital et attendons de la part de Stéphane Richard et du Conseil d’administration l’annonce de prochaines opérations de distribution/vente d’actions à des conditions avantageuses pour les salariés et anciens salariés. Il y a une véritable attente chez de nombreux salariés », conclut Marc MAOUCHE, Président de l’AASGO.

 

La présence de Luc MARINO, adhérent de longue date de l’AASGO, au Conseil d’Administration d’Orange, nous permettra d’appuyer cette demande. Il représente de façon légitime et bien informée les intérêts et demandes des actionnaires salariés, puisqu’il est élu AASGO au conseil de surveillance du FCPE Orange Actions.

 

logofas

Communiqué de presse de la FAS, Fédération Française des Associations d’Actionnaires Salariés et Anciens Salariés

Le plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises, #pacte, a donné lieu à une consultation publique du 15 janvier au 5 février 2018. La consultation est clôturée. l’ensemble des propositions et arguments sont consultables sur : https://www.pacte-entreprises.gouv.fr/

L’AASGO publie le communiqué de la FAS ci-dessous : 

 

La FAS (Fédération Française des Associations d’Actionnaires Salariés et Anciens Salariés) a apporté son avis et sa contribution sur les thèmes de la consultation publique en ligne dans le cadre du projet gouvernemental PACTE.

Dans sa réponse, la FAS met tout particulièrement l’accent sur les questions relevant des thèmes « PARTAGER » et « FINANCER ». En effet, le partage de la valeur et l’engagement de long terme des salariés au capital des entreprises figurent au cœur de l’engagement de la FAS pour la promotion et le développement de l’actionnariat salarié en France.

En particulier, la FAS souhaite que des mesures appropriées permettent d’envisager raisonnablement un taux de 10% du capital des entreprises détenu par les actionnaires salariés à l’horizon 2030. Dans ce but, elle propose, dans sa réponse à la consultation publique, notamment huit mesures qui contribueront efficacement à l’atteinte de cet objectif, utile et nécessaire pour contribuer au progrès social et économique de nos entreprises.

La FAS souhaite aussi que l’une des priorités de la loi PACTE soit l’orientation de l’épargne de long terme des Français vers le financement des entreprises, prioritairement en fonds propres. Concernant l’épargne-retraite, la FAS évoque aussi le devenir du PERCO. Elle est en effet très soucieuse que le PERCO, dispositif d’épargne salariale pour la retraite qui est plébiscité par les salariés français, garde ses caractéristiques essentielles, en particulier la possibilité de conserver un déblocage total en capital.

La FAS propose également six mesures visant à renforcer le droit des actionnaires minoritaires, afin de raffermir la confiance des épargnants français dans la gouvernance des entreprises.

Elle met aussi l’accent sur l’importance d’introduire, dès l’enseignement secondaire commun à tous les élèves, des notions essentielles leur permettant de mieux comprendre le rôle économique des entreprises ainsi que l’importance de l’épargne tout au long de la vie.

>>> Vous trouverez ici toutes les mesures concrètes proposées par la FAS.

 

 FAS: la Fédération Française des Associations d’Actionnaires Salariés et Anciens Salariés s’est fixé comme objectif, depuis 20 ans, la promotion de l’actionnariat salarié dans les entreprises françaises cotées ou non, de toute taille et de tous secteurs (http://www.fas.asso.fr/).

 

 

epargne 1

Déclarations de Revenus – quel impact aura votre épargne salariale – vous vous posez des questions ?

L’intérêt fiscal de l’Epargne Salariale se situe d’abord au niveau du versement de l’intéressement et de la participation

Impot sur le revenu

S’il est affecté au PEG ou au PERCO, les sommes sont exonérées de l’Impot sur le Revenu au titre de 2017 (payé en 2018) et sous réserve de ce qui adviendra des impôts dus au titre de 2017 sur les traitements et salaires.

Les sommes retirées du PEG ou du PERCO peuvent être génératrices de gains. Dans ce cas, ces gains sont exonérés de l’Impot sur le Revenu au titre de l’année du retrait, mais les contributions et prélèvements sociaux (15,5% actuellement) sont perçus au moment du retrait et s’imputent sur la somme versée à l’épargnant.

ISF

Les avoirs dans le PEG et le PERCO sont le cas échéant inclus dans les avoirs déclarables à l’ISF. Sur l’ISF, sous réserve de conserver les actions de son entreprise pendant 6 ans, le salarié ou ancien salarié peut bénéficier d’un abattement de 75% sur leur valeur. Cela pourrait être utile à ceux qui vont déclarer un patrimoine éligible en même temps que leurs revenus, ou par une déclaration spécifique avant le 15 juin.

 

…. En attendant la nouvelle Loi de finances, et les nouvelles dispositions pour l’impôt sur le revenus de 2017…

cartouche-twitter

Les investissements en actions Orange dans le PEG sont ils rentables ?

Une étude de Bernard Castanier – 5 janvier 2017 Après deux années favorables (+ 53% en 2014, +10,11% en 2015) du cours de l’action Orange,  2016 a marqué une évolution plutôt contrastée, le cours de clôture au 30/12/2016 s’établissant à 14,435€ , soit une baisse sensible de -6,78%.  Toutefois 2016…